ICJ23791418
 
  • lauraguigue73

Une baisse encourageante des féminicides

Mis à jour : févr. 5



Le 26/11/2019. Site : dossier familial.com - © laflor

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, à annoncé mardi 2 janvier les chiffres en baisse concernant les féminicides en France. En 2019, on recensait 146 femmes mortes sous les coups de leurs conjoints ou ex-conjoint. En 2020 les chiffres semblent plus encourageants avec un total de 90 morts.


En France, en 2019, Leila âgée de 20 ans était le 71ème féminicide de l'année. Morte sous les coups de son conjoint en Seine Saint Denis, elle était enceinte de 3 mois. Malgré sa main courante déposer la veille, ce soir-là les violences furent trop fortes.


Ce fléau est devenu un sujet majeur dans la société française. Le ministre de la Justice a demandé en 2019 une « remontée systématique des informations » auprès du parquet général pour chaque homicide comme l’évoque le journal Le Monde. En 2020 on totalise 106 morts, dont 90 femmes, dans les relations de vie commune ou d’ex conjoint. C’est le chiffre le plus bas depuis les premiers recensements qui ont commencé en 2006.

En novembre 2019, une mère de 40 ans fut poignardée par son conjoint, après avoir déposé plusieurs mains courantes et plaintes en plus de 3 ans de calvaire.

Ces deux exemples ne sont qu’une illustration des 144 autres histoires de féminicide recensés en France en 2019. Dans chaque affaire, un problème commun était soulevé. Les forces de l’ordre prenaient des dépositions mais très peu de plaintes étaient suivies d’interpellation ou de protection policière.



Les facteurs pluriels de cette diminution

Pour faire face à cela, la justice a décidé d’appliquer une meilleure prise en charge des dossiers. C’est l’un des premier points évoqué durant le Grenelle des violences conjugales lancé le 3 septembre 2019. Cette mise en place serait donc l’un des premiers facteurs de cette diminution. Le second reposerait sur une intervention systématique des forces de l’ordre en cas d’appel au secours de femmes battues. Le Grenelle a pris fin le 25 novembre 2019. Date à laquelle l'ancien premier ministre, Edouard Philippe a annoncé la mise en place de 30 mesures contre les violences conjugales.


Une mobilisation d’autant plus essentielle durant les confinements de 2020 liés à la covid-19. Une réactivité beaucoup plus grande et un traitement pénal plus efficace serait la clé de ces chiffres en baisse. Toutefois, il est encore trop tôt pour affirmer que la société se trouve sur la voie de la rédemption. Nous pouvons simplement affirmer que ces résultats sont encourageants.


Comme l’a expliqué Caroline De Haas, dans les lignes du quotidien le Monde « encore près de 100 morts, on ne peut pas se satisfaire ». Cette féministe engagée de 40 ans a fondée en juillet 2018 le collectif « Nous toutes » qui lutte contre toutes formes de violences envers les femmes. Ce collectif trouve ses racines dans les mouvements « Me Too » et « Balance ton porc » de 2017.

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout