ICJ23791418
  • e.hessabi

Un projet “Jurassic Park” en Indonésie suscite l’émoi chez les militants écologistes


Une photo devenue virale alerte sur les conditions de création d'un "Jurassic Park" en Indonésie. Photo : Instagram/@gregoriusafioma

Le gouvernement indonésien a pour projet de créer un “Jurassic park” qui menace l'habitat naturel des dragons de Komodo. Une photographie montrant un dragon face à un camion de chantier est devenue virale, sensibilisant la population à l'impact de ce projet sur l'environnement.


En Indonésie, un projet de "Jurassic Park" est en cours dans le parc national de Komodo dans le cadre d'un plan de relance du tourisme. Ce projet vise à créer un “Jurassic park” dans l’habitat des varans et à installer des infrastructures hôtelières de luxe et de sports d’aventure où ces animaux pourront être observés dans la nature. Le dragon ou varan de Komodo est une espèce de varan endémique, la plus grande espèce de lézard au monde avec en moyenne deux à trois mètres de longueur.


La création de cette attraction suscite beaucoup de colère chez les militants de la cause animale et écologique du monde entier, car cette espèce protégée est classée “vulnérable” dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Les îles de Komodo, Rinca et Padar, où le parc national de Komodo est implanté, sont par ailleurs classées au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986 en tant que “réserve pour l’homme et la biosphère”.



Une photo devenue virale


Si le projet fait autant parler de lui aujourd'hui c’est en raison d’une photo montrant l’un de ces reptiles face à un camion transportant des matériaux de construction. Devenue virale, elle a relancé le débat autour de ce projet qui avait été confirmé il y a plusieurs mois. La photo qui a été largement diffusée sur internet est de source inconnue et la véracité de cette photo reste à confirmer.


Le gouvernement indonésien s’est défendu en expliquant que la photo n’était pas liée au projet. "Nous vérifierons attentivement si les dragons se trouvent sous les bâtiments, les gravats ou les camions", ont ajouté les autorités, qui tentent de rassurer les militants en assurant que la sécurité des dragons reste la priorité. Des propos qui ne passent toujours pas auprès des défenseurs écologistes. "Ce type de développement massif perturbe l’interaction des animaux, cela changera leur habitat", a déclaré un membre du collectif Save Komodo Now à la BBC. Ce projet soulève beaucoup de tensions et le gouvernement n’a pour l’instant pas pour objectif de le suspendre, gelé jusqu’à mi-2021 en raison de la pandémie de coronavirus. Affaire à suivre...



Eve Martin


39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.