ICJ23791418
  • Amandine Rossato

Un pas de plus vers la disparition des tigres

Mis à jour : 16 déc. 2020


Photographie d'une tête de tigre retrouvée au "Mukda Tiger Park and Farm", un zoo factice trafiquant les animaux © AFP

De nos jours, les tigres sont de plus en plus menacés. Entre les zoo, les fermes les élevant pour les tuer, et le braconnage, personne ne sait si des tigres en liberté vivront toujours dans 50 ans. L'espèce est énormément menacée par le trafic illégal.


Au zoo de "Mukda Tiger Parc and Farm", en Thaïlande, une tête de tigre a été retrouvée décapitée. Le zoo, déjà surveillé par l'état, a été qualifié comme "lieu trafiquant des animaux". En effet, le lieu aurait du ouvrir il y a plusieurs années ayant déjà obtenu la licence nécessaire. Seulement, le propriétaire ne l'a jamais autorisé. L'AFP explique que, selon les gérants, "les installations [ne sont] pas encore prêtes". Selon eux, il manquerait encore des aménagements avant de pouvoir faire une ouverture officielle.


Les autorités thaïlandaises, soupçonnant le trafic illégal, ont fait une opération au sein du zoo. Cinq tigres ont été saisis et des parties du corps d'autres animaux ont été trouvés.

Il y a cinq ans déjà, le zoo avait annoncé la naissance de six bébé tigres. Mais les tests d'ADN sont formels : aucun des cinq tigres retrouvés, pas plus que la tête, ne sont les tigrons nés au "Mukda Tiger Parc and Farm". Le propriétaire du zoo est encore recherché à ce jour.


Photographie d'un tigre retrouvé au Mukda Tiger Park and Farm à Mukdahan, fournie par les autorités thaïlandaises le 4 décembre 2020 © Department of National Parks, Wildlife and Plant Conservation (DNP)/AFP/Handout


Une menace pour la survie de l'espèce


Il faut noter que la mort de l'animal est inquiétante pour la survie de l'espèce. Car s'il y avait plus de 100 000 tigres il y a 100 ans, il n'en reste plus que 3 700 aujourd'hui. La perte de tout individu est donc tragique et menaçante pour l'espèce déjà en danger. Car aujourd'hui, personne n'est en mesure de dire si des tigres en libertés seront encore en vie dans 50 ans.


La chasse au trophée est la première raison justifiant ce génocide animalier. Car beaucoup souhaitent repartir avec leurs têtes ou avec des tapis faits en peau de tigres.


Des têtes de tigres et de léopards saisis par le service américain de la vie sauvage (USFWS) © Reuters/Ryan Moenring/Osfws)

De nos jours, ils sont aussi menacés par le braconnage et par les fermes d'élevage. Tué dans la nature, l'animal ne trouve de répit nulle part. Bien souvent, les fermes d'élevages n'existent que pour permettre à des riches clients de "chasser" des animaux en captivité et de garder des parties de leurs corps en souvenir. Tous les félins sont concernés par ce phénomène. Le film Mia et le lion blanc illustre très bien cette utilisation controversée des parcs animaliers et des zoos.


Peau tannée d'un lion abattu par un chasseur de trophées © AFP/Biophoto/Michel Gunther

Mais un plus grand danger encore les guettes : la disparition de leurs habitats naturels. Plus de terres, plus de nourriture, plus d'endroit où vivre. 93% de leur habitat naturel à disparu ces dernières années. Ils sont obligés de se rapprocher des installations humaines pour survivre. Les éleveurs les tuent pour protéger leur bétail et les vendent aux braconniers pour gagner de l'argent. Tant que ce trafic existera, l'espèce restera une espèce en danger d'extinction.


Amandine Rossato

65 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.