ICJ23791418
  • Morgane Briens

Soudan du Sud : les populations souffrent des guerres entre ethnies


Un village incendié après le passage de soldats ©MSF

Depuis 2013 le Soudan du Sud est ravagé par des guerres destructrices. Les populations civiles paient le prix de revendications armées. Au cœur du conflit, les populations Sud Soudanaises vivent dans la peur et la famine.


Des routes en terre molle, plus de végétation, des champs noircis par des incendies, des villages détruits, voilà comment on pourrait décrire les paysages du Soudan du Sud. Deux ans après avoir déclaré son indépendance, la guerre au sein du pays persiste entre les forces rebelles de l’ex-vice-président Riek Machar et l’armée de l’actuel président Salva Kiir. Le conflit qui a commencé dans la ville de Juba, au sud, s’est étendu partout dans le pays. Plusieurs accords de paix et de cessez-le-feu ont été signés en 2014, 2015, 2018 et un en février dernier. Mais ces accords n’ont jamais été respectés et la guerre continue.

Les soldats sont formés pour tuer et n’ont aucune pitié pour les populations civiles. Ils pillent les villages, les brûlent, détruisent les réserves de nourritures, violent les femmes, capturent les jeunes garçons pour en faire des soldats et tuent ceux qui ne leur sont d’aucune utilité.

Pour 12,5 millions d’habitants, le taux de pauvreté est de 91,9%, selon l’association Solidarités Internationale. La pauvreté et la guerre entraînent un taux de famine très élevé, selon L'Unicef, plus de quatre millions de personnes souffrent de manque alimentaire et des dizaines de milliers souffrent de fortes famines. Suite à cela les enfants et les nourrissons développent des maladies graves comme le Choléra ou le paludisme. Rares sont ceux qui s’en sortent car le système de santé est presque inexistant et de nombreuses infrastructures de santé ont été les cibles des forces armées. Les populations sont chassées ou fuient la guerre. Selon Médecins sans Frontières, plus de 3,8 millions de Sud Soudanais ont quitté leur pays en 2019 et se sont dirigés vers les pays frontaliers, la République démocratique du Congo, l’Ethiopie, le Soudan, le Kenya et l’Ouganda. Mais les camps de réfugiés ont rapidement atteint leurs capacités maximales et s'ils ont réussi à fuir la guerre, les conditions de vie restent déplorables.



Une situation de crise déclarée par les aides humanitaires


Des systèmes d’aides humanitaires ont été mis en place pour subvenir aux besoins des pays démunis. Les deux principales associations qui interviennent au Soudan du Sud sont Médecins sans Frontières et Solidarités International. Pour elles, le Soudan du Sud est le deuxième pays le plus important en termes d’effectifs sur le terrain. Elles essaient au mieux de combler les manques et de soigner les civils. Les opérations se déroulent en trois étapes : observer, rendre compte et agir. Les missions les plus fréquentes consistent à envoyer du personnel médical et du matériel sur place, apporter ou envoyer des ressources vitales ou encore aider à la construction de bâtiments solides ou de puits. Mais malgré ces efforts, certaines missions échouent, des médecins et membres des associations sont tués ou les vivres n'arrivent jamais à destination, volés par des pirates lors de l’envoie vers l’Afrique. Après plus de six ans de guerre, le pays est dévasté et les populations n’ont plus d’espoir de paix.


Morgane Briens


©2020 par Les Berges De L'Info.