ICJ23791418
  • g21000

Quand les sportifs se mettent au vert …


Perrine Laffont, en mai 2020, tout sourire malgré le peu de neige qu'il y a pour s'entraîner à Châtel. Photo : Instagram Perrine Laffont

Face à la prise de conscience environnementale de ces dernières années, de nombreux sportifs s'engagent, chacun à leur manière, contre les effets néfastes du sport sur l’environnement.

Nombreux sont les sportifs à suivre à leur tour la prise de conscience environnementale collective. Perrine Laffont médaillée d'or de ski de bosses aux JO de Pyeongchang en 2018, a donné une visio-conférence de presse le 21 octobre, dans laquelle elle a annoncé qu’elle agirait, à partir de cette année, simultanément sur deux fronts. En plus de vouloir asseoir un peu plus son règne sur sa discipline en allant chercher le titre de championne du monde, le seul qui manque à son palmarès, en février prochain, la jeune femme lancera un projet visant à sensibiliser les plus jeunes à la cause environnementale. En tant que skieuse professionnelle, elle admet ressentir une certaine « culpabilité », notamment à cause de toutes les compétitions internationales (qu’elle n’arrêtera pas par ailleurs) qui l’obligent à effectuer de nombreux trajets en avion. Elle critique vivement le fait que les prochains Jeux Olympiques d’hiver se déroulent en Chine, dans une région où le recours à la neige artificielle sera majoritaire.



Faire changer les choses à petite et grande échelle


Consciente que son sport « n’aide pas à faire que ça s’améliore », elle souhaite tout de même faire bouger les choses, autant en interne en se « concertant entre athlètes » qu’en externe. Elle pourra mettre en œuvre cette volonté à l’occasion notamment de sa journée éponyme, qui a lieu chaque année aux Monts d’Olmes. À cette occasion, la championne passe du temps avec les jeunes skieurs de la station, un temps qu'elle souhaite consacrer à son combat environnemental. De par ce projet, elle pourrait devenir un élément déclencheur dans une fédération internationale présidée par Gian-Franco Kasper, qui parlait du changement climatique comme d’un « soi-disant réchauffement climatique » en 2019. Autant dire que le combat qui attend la championne française est de taille … Elle rejoint par la même occasion la « Team EDF », composée d’une trentaine de sportifs, qui ont, entre autres, pour but de faire des Jeux de Paris 2024 des « Jeux propres ».


Un combat collectif

Cela fait désormais quelques années que les sportifs utilisent leur notoriété et leur visibilité pour s’engager contre le réchauffement climatique. En 2019, les sept vainqueurs du Vendée Globe, la plus connue des courses à la voile en solitaire, ainsi que d'autres sportifs parmi lesquels les skieurs médaillés olympiques Alexis Pinturault et Tessa Worley, le tennisman Paul-Henri Matthieu, le triple champion olympique d’escrime Fabrice Jeannet), ont signé aux côtés de plus de 500 personnalités une tribune, « L’Appel pour la nature », rédigée par l’association WWF à la suite du rapport alarmant de l’IPBES (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services) de 2019.


De son côté, le champion d’ultra-trail et d’alpinisme Kilian Jornet, connu pour avoir gravi l’Everest deux fois en une semaine en 2016, sans oxygène ni sherpa et le tout en courant, a lancé sa propre fondation en septembre dernier, après avoir pris conscience d'à quel point il avait « abusé des voyages en avion ». Cet amoureux de la montagne, voulait lui rendre ce qu’elle lui avait offert pendant des années : sa beauté. Pour lui, le sport de haut niveau tel qu’il le pratiquait n’était pas « écolo-compatible », il a donc décidé d’en faire son combat.

Dans un milieu aussi fermé que celui du sport de haut niveau, on dénombre de plus en plus de sportifs qui prennent la parole, qui mènent des projets ou qui agissent en faveur de l'écologie, ou du moins de la réduction de l'important impact du sport sur l'environnement. Bien sûr, ce ne sont que des cas isolés pour le moment, mais le mouvement est réellement en marche, en témoigne l'objectif neutralité carbone affiché par le comité d'organisation des JO de Paris 2024.

Gaël Bossu

©2020 par Les Berges De L'Info.