ICJ23791418
 
  • Elise Graille

« On vit au jour le jour » : témoignage de Pascal Gonzalez, propriétaire de la Baraka’vins


Avec l’arrivée des confinements, difficile pour restaurateurs et commerçants de tenir tête haute. Leur activité est mise à l'arrêt, ils doivent alors s'adapter et trouver de nouvelles façons d'attirer les clients et de vendre.



Installé depuis mai 2019 sur Vichy en tant que caviste, Pascal Gonzalez tient : la Baraka’vins avec sa femme, Corinne. Anciennement sommelier et originaire du coin, Pascal a décidé de s’implanter sur la ville de Vichy car ils ne sont que 3 cavistes. Avec son épouse, le couple propose aussi un espace restauration avec livraisons.


Pascal Gonzalez, propriétaire de la Baraka’vins ©Elise GRAILLE



Des difficultés de plus en plus pesantes


Avec l’arrivée du premier confinement, le couple a dû s’adapter et ne propose depuis, que de la vente à emporter au niveau de la restauration. « Sur Vichy, nous n’étions que 20 au début à proposer ce type de service, aujourd’hui nous sommes près de 60 », affirme Pascal. Il y a de plus en plus de concurrence, et les ventes de plats à emporter de la boutique marchent moyennement. C’est pour cela qu’à partir du second confinement, le couple a mis en place un dispositif de : « click and collect ». Malgré les efforts fournis, le confinement a lourdement pêché et la boutique a du mal à connaître un nouvel élan. « Nous n’avons vendu que 9 repas au réveillon de Noël, c’est à peine rentable pour nous », témoigne le gérant du magasin.

Pour gérer cette période de crise, la mairie de Vichy apporte son soutien aux commerces, avec la création de : « ma ville, mon shopping ». Le site permet une plus grande visibilité aux commerçant de la ville, mais cela ne suffit pas. « Nous n’avons fait aucune vente de plus, pour les vins ou restauration, même après la mise en place de ce dispositif », assure Pascal. Lui et sa femme ne comptent pas lâcher l’affaire, puisqu’ils prévoient la vente de repas spéciaux St Valentin. Même si les temps sont compliqués pour commerçants et restaurateurs, « je reste un passionné de la terre ».

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout