ICJ23791418
  • Thomas Jau

"Never out"

Mis à jour : févr. 22

Il y a des mots que l’on n’imaginait pas écrire, que l’on ne veut pas écrire, que l’on ne sait pas comment écrire. Ceux qui vont suivre font partie de ceux-là. Il y a des événements dans la vie qui marquent plus que les autres. Il y a ceux pour lesquels on se rappellera toute notre vie où l’on était. Ce fût le cas pour nous ce dimanche 26 janvier au soir.

Il est actuellement 21h39 et nous sommes le 26 janvier 2020. Une tragédie vient de se produire, et je pense que jamais je n’oublierai ce qui est en train de se passer. Je ne sais même pas par où commencer tellement tout ça est soudain, violent, enfin bref : semble impossible. Je me suis dit que je devais écrire, c’est ce que je fais, mais je ne m’étais pas préparé à ça, alors je ne sais même pas ce que je dois écrire. Ça fait maintenant… pile une heure que j’ai été mis au courant de ta mort Kobe, et j’ai l’impression qu’il me faudra beaucoup plus de temps que ça pour pouvoir accepter que tu ne sois plus de ce monde. Franchement, je n’ai pas du tout envie de parler de ton ranking dans les meilleurs joueurs All-Time, ou de débattre, car c’est juste pour moi l’heure de réaliser, de réaliser à quel point l’héritage que tu nous laisse est incommensurable, inquantifiable, et dépasse les limites du sport. Tu as commencé ta carrière avec un game à 0 point, tout à jeter, une mixtape de l’horreur et un match à oublier. Ton dernier ? Tu le finiras à 60 points, rien à jeter, une mixtape de bonheur et un match pour l’éternité. Tu étais ça, un scoreur fou, un monstre, terrifiant pour tes adversaires et même parfois pour tes coéquipiers. Un serpent solitaire, un tueur né qui a obtenu tout ce qu’il était possible d’avoir. 5 fois Champion NBA, Double champion olympique, MVP en 2008, MVP des Finales en 2009 et en 2010, 18 sélections de All-Star, 15 fois All-NBA Team, 12 fois All-NBA Defensive Team et je vous épargne le reste. Tu as gagné, encore et encore, et pour cela tu as travaillé. C’est La « Mamba Mentality ». Et ça dépasse même le cadre la simple mentalité, c’est un mode de vie.

“La Mamba Mentality consiste à se concentrer sur le processus et à faire confiance au dur labeur au moment le plus important“ “C’est le mantra ultime de l’esprit de compétition. Cela a commencé juste comme un hashtag qui m’est venu un jour, et c’est devenu quelque chose que les athlètes -et même les non-athlètes – adoptent comme état d’esprit.” Kobe Bryant 


Tu travailles, tu échoues, tu recommences et tu réussis, tu n’as jamais rien laissé aux autres, pas même une miette. C’est la rage de vaincre qui t’a animé toute ta vie. Tu as toujours été l’un des joueurs les plus détestés de la ligue parce que ta mentalité t’a presque fait perdre cette dimension humaine, cette sympathie, tu étais devenu une arme de destruction massive. Franchement, c’est inutile de revenir sur des statistiques précises même si elles sont absolument folles, car tu vaux plus que ça.

Que l’on fasse, regarde, connaisse le basketball, on te connaît tous Kobe, pour certains, dont moi, on a même grandi avec toi. Quand j’avais 8 ans, mon père a réalisé un montage de moi avec Dwight Howard, mon frère lui, y’avais toi sur sa photo. Un maillot de Lakers floqué Kobe ne sera jamais périmé. Tu étais fidèle, loyal, et un exemple sur et en dehors du terrain. Tout le monde devrait s’inspirer de toi, et beaucoup le font déjà. Tu n’es plus parmi nous, mais rien n’empêchera ta légende de continuer de grandir, rien n’empêchera les enfants du monde entier de s’émerveiller sur tes highlights, rien n’empêchera ceux qui ont grandi avec toi de continuer de s’inspirer de ce que tu as laissé, rien n’empêchera la NBA de continuer à exister, et surtout, plus rien ne t’empêchera de rester dans la légende, comme l’un des plus grands sportifs de tous les temps, l’un des plus inspirants, l’un des plus exemplaires, l’un des plus respectés, celui qui s’est le plus approché de Michael Jordan au point même de devenir pour toute une génération leur MJ.


“J’ai une immense estime pour lui … même s’il a volé tous mes mouvements, mais ça va. Je l’aime quand même comme un frère.” Michael Jordan



Le monde entier te rend hommage au même moment où j’écris ces lignes, sportifs, politiques, personnalités du cinéma, de la télévision, chanteurs, enfants, ados, adultes, hommes, femmes de partout. J’ai devant moi, un tweet de Rudy Gobert qui nous dis de profiter de chaque jour qui passe, d’arrêter de se soucier de choses qui ne sont en fait pas vraiment importantes car la vie est précieuse et que nul ne sait quand tout va se terminer. Ça me rappelle un vers de Dosseh qui disait « Je vis chaque jour comme si c’était le dernier et y’a bien un jour où j’aurai raison ». Cette phrase s’applique à tous, et tu ne faisais pas exception à la règle. Ta fille de 13 ans, Gianna, était aussi avec toi et nous adressons évidemment toutes nos condoléances à votre famille et à vos proches dans ces moments difficiles mais aussi à tous les proches des victimes de cet accident d’hélicoptère. Il ne faut pas l’oublier, tu étais aussi un père, un fils, et un mari. Au-delà du joueur, tu étais un homme dévoué à ta famille. Un père fier de ses enfants et qui faisait passer leur bonheur avant tout.

Gianna avait décidé de suivre tes pas et elle te rendait d’autant plus fier, même si tu avais toujours affirmé ne pas vouloir forcer tes filles dans une quelconque direction :


“C’est un privilège de la voir jouer et de voir comme elle se déplace sur un parquet, certaines de ses expressions aussi. C’est fou de voir comme la génétique marche”


Le basket était devenu un lien très fort entre ta fille et toi, il n’était d’ailleurs pas rare de vous voir, ensemble au premier rang du Staples Center notamment à parler tactique. Une relation fusionnelle s'était créée entre le père et la fille. Et au milieu, le même amour pour le basket :


“Lorsque des fans me disent devant elle, il faut que t’aies un garçon pour qu’il poursuive la dynastie, elle me dit : Je m’en occupe, ne t’inquiète pas”


Il est maintenant 22h15 quand j’écris ces lignes, et même si une page se tourne, pour moi ce n’est pas encore l’heure d’écrire un nouveau chapitre mais plutôt de continuer celui en cours, car il reste beaucoup de choses à dire, beaucoup de choses à apprendre et beaucoup de choses à faire. Tu n’es pas mon joueur préféré Kobe, mais tu es celui que j’admire le plus pour ton éthique de travail, pour ton mental et pour la motivation que tu es capable de transmettre. Maintenant je ferai ma part, je perpétuerai la « Mamba Mentality » à travers tout ce que je ferai, car c’est ça que j’ai appris de toi, et c’est cela que je veux garder de toi. Tu n’es pas un dieu, tu l’as dit toi-même : “I have self-doubt. I have insecurity. I have fear of failure. I have nights when I show up at the arena and I'm like, 'My back hurts, my feet hurt, my knees hurt. I don't have it. I just want to chill.' We all have self-doubt. You don't deny it, but you also don't capitulate to it. You embrace it.”


Tu n’étais pas invincible, tu n’étais pas intouchable mais tu étais inarrêtable lorsque tu désirais quelque chose, il me faudrait des semaines entières pour pouvoir tout dire sur toi. C’est sur ma franchise de cœur que tu as planté 81 points, une véritable humiliation, mais aujourd’hui, je souhaiterais que tu sois encore là pour le faire à nouveau.

Sa disparition fut un choc immense au sein de la ligue et du monde du basket et énormément de joueurs furent touchés :

LeBron James en particulier, lui qui avait pris ta suite en tant que visage de la NBA :


“Je ne suis pas prêt mais je me lance. Mec, je suis assis là, essayant d'écrire quelque chose mais chaque fois que j'essaie je recommence à pleurer juste en pensant à toi, à ta fille Gigi et à l'amitié, au lien, à la fraternité qui nous unissaient ! […] Je t'aime, grand frère. Mon cœur va à Vanessa et aux enfants. Je te promets que je perpétuerai ton héritage ! Tu es si important pour nous tous ici, en particulier la LakerNation. S'il te plaît, donne-moi la force et veille sur moi au paradis ! Il y a tellement d'autres choses que je veux te dire, mais je ne le peux pas maintenant parce qu'il me faut du temps ! Jusqu'à ce que nous nous retrouvions mon frère !!”


"Il n’y a pas de mots pour exprimer la douleur que je traverse avec cette tragédie, de perdre ma nièce Gigi et mon frère @kobebryant, je t’aime et tu vas nous manquer. Mes condoléances vont à la famille Bryant et aux familles des autres passagers à bord. IM SICK RIGHT NOW." Shaquille O’Neal avec lequel il forma le meilleur duo de l’histoire de la NBA.


Mais l’héritage ne se limite pas au monde de la NBA ou du basket, ni même au monde du sport. Ton message est universel, tu encourageais chacun d'entre nous à devenir la meilleure version de nous-mêmes. Pour toi, il n’y avait aucun désavantage (technique ou physique pour le basket) que le travail, la persévérance et l’abnégation ne puisse combler. De Barack Obama à Leonardo DiCaprio en passant par Taylor Swift, Jennifer Lopez ou encore Dwayne Johnson, tous ont eu une pensée pour toi.


Il est maintenant 22h27, le mot merci ne suffirait pas à décrire tout ce que j’ai envie de dire et les larmes ne suffiraient pas à décrire tout ce que je ressens. Tu étais tellement fort que je n’avais jamais imaginé que tu pouvais mourir, car à trop les fantasmer, nos idoles nous semblent parfois immortelles. Et aujourd’hui la réalité me rattrape. Mais je ne peux m’empêcher de penser que peut-être as-tu accepté cette fin comme le début d’un nouveau défi et que tu t’en es allé le relever en nous disant au revoir, nous quittant ainsi avec un dernier « Mamba out ». Repose en paix Kobe Bean Bryant.


Thomas Jau, Arsène Gay

58 vues

©2020 par Les Berges De L'Info.