ICJ23791418
  • enzoleanni

Netflix va contribuer à la préservation du cinéma français

La multinationale américaine s'allie à la Cinémathèque française pour préserver d'anciens films. "Napoléon" (1927) d'Abel Gance va être la première archive reconstituée par Netflix.


Le géant de la vidéo à la demande a souvent été perçue comme le principal fautif du désert audiovisuel français. La télévision tricolore est depuis quelques années en perte de vitesse tout comme le cinéma. De son côté Netflix n'arrête pas sa progression ce qui a le don d'agacer ses concurrents. La décision du groupe américain de devenir mécène de la Cinémathèque française va donc permettre de mettre fin à ce petit conflit.


Napoléon un siècle plus tard


1927 est l'année de la création du cinéma parlant mais également la sortie de "Napoléon" qui est... le dernier film muet. Quelques années plus tard, son réalisateur, Abel Gance, avait réalisé une première restauration suite à l'évolution du cinéma. Pour la même raison le film a connu 5 restaurations, la dernière datant de 2000. Netflix se voit accorder la lourde tâche de travailler sur la version longue qui ne dure pas moins de 7h. Netflix va contribuer à la préservation du cinéma français mais y est également contraint. En effet, en décembre dernier, la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a mis en place le décret SMAD (Service de médias audiovisuels à la demande). Celui-ci oblige les plateformes de streaming à financer les créations françaises actuelles ou donc passées. Netflix va devoir débourser près de 200 millions d'euros mais verra le temps pour diffuser un film après sa sortie en salle allongé.


Cet accord commun peut avantager la plateforme de vidéo à la demande. Pour Pascal Lechevallier, fondateur de What's Hot Media : "Netflix veut jouer le bon élève et montrer qu'il n'est pas l'ennemi du cinéma français". Le site fait également un pas supplémentaire vers les cinéphiles souvent mécontent du catalogue disponible. En avril 2020, il avait signé un contrat avec MK2 ajoutant ainsi de nombreux classiques du cinéma mondial. Charlie Chaplin, David Lynch ou François Truffaut sont depuis -un peu- à l'honneur. Il est également nécessaire de noter que Netflix avait précédemment restauré The Other Side of The Wind d'Orson Welles. Cette volonté d'avoir de plus en plus de films cultes au sein de sa plateforme en ligne est-il viable lorsqu'on connait le peu d'appétence du jeune public pour ces oeuvres ? Cela va, en tout cas, redorer son image du côté des cinéphiles, pourtant très critiques envers Netflix.



33 vues0 commentaire

©2020 par Les Berges De L'Info.