ICJ23791418
  • Canaux Clément

Les plateformes de streaming, nouveau terrain de jeu et business juteux

Mis à jour : oct. 5


La guerre entre Netflix, leader incontesté du streaming, et son concurrent Amazon Prime Vidéo n’est pas prête de cesser au vu de la santé actuelle du marché du streaming vidéo.  

D’un côté Reed Hastings, de l’autre Jeff Bezos. Voici les deux hommes qui dominent et écrasent le marché du streaming actuellement. Le premier, fondateur de Netflix en 1997, peut se targuer d’être le leader mondial dans ce domaine et les chiffres le prouvent sans conteste. Avec un chiffre d’affaire de 15,8 milliards de dollars en 2018, Netflix accapare environ 70 % des parts de marché et laisse donc des miettes à ses concurrents.

Avec un catalogue de plus de 250 programmes originaux différents (séries, films, documentaires, stand-up, etc…) et 9 milliards de dollars assignés à la création de contenu, Netflix séduit un public de plus en plus large et pour preuve, en 2019, la firme comptait un peu plus de 151 millions d’abonnés à travers le monde (5 millions en France et 67 millions rien qu’aux Etats-Unis). Ce chiffre n’a cessé d’augmenter depuis le lancement de la plateforme en 2011 et lui a permis de s’élever au rang de figure de proue de la VOD (video à la demande) loin devant ses concurrents comme OCS, Canal Play ou encore... Amazon Prime Video.

Justement, Amazon Prime Video, dirigé par l’homme le plus riche du monde Jeff Bezos, ne compte pas rester dans l’ombre de Netflix et a fait une entrée remarquée dans le marché de la VOD. Directement liée à Amazon, cette branche de la firme bénéficie donc de moyens colossaux pour proposer des contenus inédits et originaux susceptibles de plaire et d’attirer un nouveau public pour grignoter les parts de marché de Netflix. En effet, Amazon Prime Video propose un catalogue d’environ 80 programmes et en 2017, la filiale a injecté 4,5 milliards de dollars pour la création de nouveaux contenus. Ainsi, une centaine de programmes seraient en attente, ce qui permettrait de foncièrement grossir le catalogue de la plateforme. De plus, Amazon Prime Video a récemment signé un accord de licence pluriannuel avec HBO, diffuseur de la série Game Of Thrones ou encore Euphoria.


La recherche d’un “Graal”


Néanmoins, le problème actuel pour la compagnie de Jeff Bezos, c’est justement de trouver son Game of Thrones, c’est-à-dire le programme phare et exclusif qui donnera à la plateforme une aura mondiale et une augmentation substantielle de son nombre d’abonnés. Même si beaucoup de productions disponibles sur le site sont saluées par les critiques et le public à l’instar de Mozart in the jungle ou Transparent, la firme souffre d’un manque de reconnaissance au travers d’une œuvre auquelle on pourrait l’associer. À l’inverse, Netflix a su s’imposer et est détenteur d’œuvres exclusives devenues cultes ou au minimum mondialement connues comme Stranger Things, La Casa de Papel ou encore 13 Reasons Why. Netflix s’est même payé le luxe de proposer en exclusivité mondiale The Irish Man, le dernier film de Martin Scorcese, un des réalisateurs les plus émérites du cinéma, avec un casting de renom, Robert de Niro ou encore Al Pacino en tête.


Des concurrents aux aguets


Cependant, d’autres firmes, bien conscientes du potentiel du streaming, sont bien décidées à jouer les trouble-fêtes et comptent ne pas laisser s’installer un duel Netflix/Amazon. Ainsi, Apple a lancé AppleTV+ en novembre 2019 et espère à terme s’imposer comme un des leaders du marché. Les 2 milliards de dollars investis dans la création de contenus et un prix d’abonnement beaucoup plus raisonnable que ses concurrents (4,99 € pour AppleTV+ contre 13,99 € pour Netflix) tendent à montrer cette volonté de conquérir le monde du streaming pour la marque à la pomme.

Disney compte également frapper fort avec le lancement de Disney+ en mars 2020 en France et proposera tout son catalogue Disney (qui va de Blanche Neige à Star Wars) mais également plus de 7500 épisodes de séries et une centaine de films inédits pour un coût d’investissement de 19 milliards de dollars, soit tout simplement le double de Netflix sur l’année 2019. De nouvelles créations autour de Star Wars comme The Mandalorian ou encore des séries autour des super-héros feront guise de vitrine pour la plateforme. Au niveau du prix d’abonnement, Disney se place entre tous ces concurrents et proposera l’abonnement à 6,99 €.

Cette variété est le symbole de la toute-puissance des plateformes de VOD et d’un essoufflement de l’industrie Hollywoodienne. Le prix abordable d’un abonnement, un catalogue assez large et varié et des contenus visionnables partout et ce, de manière multisupports (télé, ordinateur, tablette, téléphone, etc…) sont des atouts considérables face au cinéma qui exige des déplacements et un coût assez élevé du ticket.

Cette tendance semble se confirmer et tout porte à croire (les chiffres comme les préférences du public) que l’industrie du streaming deviendra la manière privilégiée de consommer des œuvres audiovisuelles dans le futur au détriment du cinéma. 


Clément Canaux

68 vues2 commentaires

©2020 par Les Berges De L'Info.