ICJ23791418
  • Dorian Marchand

Les commémorations en France : Une traditionnelle continuité ou une évolution vers de la modernité ?

Comment allier le nécessaire devoir de mémoire en l’honneur de celles et ceux qui se sont sacrifiés pour défendre nos valeurs tout en ajoutant une dose de modernité à ces événements afin d’embellir leur déroulement ?

Chaque année, de nombreuses commémorations s’organisent sur notre territoire. Que ce soit des cérémonies en hommage à des événements nationaux ou plus particulièrement sur une échelle plus locale, l’organisation de ce type de manifestations requiert une attention particulière de la part des collectivités en charge de celle-ci.


Le choix de la continuité de la tradition : vecteur du devoir de mémoire



Chaque 11 novembre, l'anniversaire de l'Armistice de 1918 est commémoré en l'honneur des Poilus. Crédit Photo : Village d'Harréville les Chanteurs

Différents modes d’organisation s’offrent aux collectivités, à commencer par la plus formelle et la plus commune. Cette tradition est marquée par la présence des élus locaux, des représentants de l’État et de citoyens sensibles à la perpétration dans le temps de ce devoir de mémoire. Tous regroupés face au Monument aux morts triomphant très souvent sur une place centrale de la commune, le peuple profite de cet instant pour honorer l’esprit et la mémoire d’enfants, de femmes et d’hommes morts ou sacrifiés au nom de la défense de la nation. L’interprétation de la traditionnelle Marseillaise, hymne national, et de chants commémoratifs gages d’expression d’un sentiment profond de reconnaissance éternel viennent rythmer le déroulement de la cérémonie. Pour clore la tradition, les différents représentants des institutions viennent déposer des gerbes devant le monument afin de marquer l’éternelle gratitude de la nation française. L’ensemble de ces gestes viennent illustrer la volonté de marquer une continuité cyclique à ces commémorations.


L’intégration de la jeune enfance dans le rythme des commémorations.


2 enfants s'apprêtent à déposer des fleurs. Crédit Photo : Village d'Orgueil

Très rapidement, certains villages mettent les enfants à contribution. En phase avec le devoir de mémoire, cet état d’esprit illustre parfaitement cette notion de transmission des anciens vers les plus jeunes. A chacune sa manière d’innover, certaines collectivités font le choix de mobiliser les enfants des écoles élémentaires, geste marquant en guise d’exemple, des petits écoliers s’en allant à tour de rôle déposer une fleur du souvenir sur la devanture du monument. Autre possibilité pour les plus grands, en récitant avec émotion des extraits de lettres de poilus à l’occasion des commémorations du 11 novembre ou de témoignages de résistants pour les cérémonies du 8 mai. Outre la sensibilité et la sensation engendrées par ces moments, ces derniers contribuent surtout à la passation de la mémoire et marquent la transition d’une génération vers une autre.

Ces petits gestes en supplément dans l’animation de ces événements commémoratifs peuvent paraître anodins pour certains, puisqu’ils sont déjà ancrés dans la culture de leurs communes depuis des décennies. Pour d’autres, ils sont novateurs et permettent un renouvellement dans l’organisation des cérémonies et l’assurance de la transmission de ce devoir de mémoire dans le temps et dans l’espace.


Au-delà de la tradition ?


Dans certaines villes, diverses nouveautés et signes d’innovation voient le jour. En effet, pour certains il ne s’agit plus seulement d’animer et de moderniser la cérémonie : il est nécessaire d’animer la commune par l’organisation de manifestations, d’événements complémentaires à cette commémoration. Une catégorie de villes et villages vont privilégier la mise en place d’ateliers ludiques pour montrer aux plus petits comme aux plus grands les raisons pour lesquelles on honore la mémoire de ces personnes : qui étaient-elles ? ; qu’ont-elles fait ?. D’autres villes vont préférer se tourner vers leur patrimoine historique afin de faire découvrir aux habitants les témoignages physiques et encore visibles montrant les conditions de vie difficiles des soldats, l’organisation de la Résistance à travers des visites de différents maquis.

Clairement, de nombreuses collectivités font le choix de la modernisation, « profitant » de ces commémorations annuelles pour dynamiser le temps d’une journée l’animation de la commune autour de la thématique du devoir de mémoire. En effet, bien que les cérémonies d’hommage soient amenés à évoluer dans les années futures, leur objectif reste le même : ne pas oublier ceux qui se sont battus pour défendre ce qui nous unit aujourd’hui grâce à un devoir de mémoire éternel, transmissible et indéfectible.

36 vues

©2020 par Les Berges De L'Info.