ICJ23791418
  • iker lagrenade

Le renouveau du XV de France

Après la défaite du XV de France en finale de la coupe d’automne des nations face à l’Angleterre pour le dernier match de l’année, l’heure est au bilan pour Fabien Galthié. Le sélectionneur a su créer la dynamique nécessaire à une métamorphose tant attendue. L'équipe de France n'a concédé que deux défaites tout au long de l’année : un bilan plus que positif.


Charles Ollivon lors de la victoire contre l'Angleterre en février dernier. Photo : Laurent Theillet

Ce dimanche 6 décembre un XV de France fortement remanié s’est déplacé sur la pelouse légendaire de Twickenham pour la finale de la Coupe d’Automne des Nations. La France s’est inclinée 22 à 19 au bout du suspense. Après un match de référence des jeunes Bleus, ils durent s’incliner après prolongations sur une pénalité des Anglais synonyme de victoire. Malgré cette défaite, on peut tirer un bilan positif de cette compétition avec trois victoires en match de poule contre les Fidji (par forfait à la suite de nombreux cas de Covid dans l’équipe fidjienne), contre l’Ecosse, puis l’Italie.


Mais c’est une équipe totalement chamboulée qui s’est présenté face à l’Italie et la redoutable équipe anglaise à cause d’un accord entre la LNR (Ligue Nationale de Rugby) et la FFR (Fédération Française de Rugby) afin que les clubs du top 14 ne soient pas trop affecté par l’absence de leurs joueurs internationaux. Cet accord a contraint le staff des Bleus à ne pouvoir aligner un joueur que sur trois feuilles de match pour la fin du tournoi des 6 nations face à l’Irlande et la coupe d’automne des nations. Fabien Galthié, sélectionneur de l’équipe de France, a donc dû composer avec l’absence de ses cadres pour les deux derniers matchs de la nouvelle compétition. L’occasion de voir de nouvelles têtes qui devraient incarner le futur du XV de France.



La reconstruction d’une équipe après une crise profonde


C’est une équipe de France plongée dans une profonde crise qu’a dû reprendre Fabien Galthié au début de l’année. Depuis la finale de la Coupe du Monde perdue en 2011 contre la Nouvelle-Zélande, l’équipe nationale a connu une longue descente aux enfers en alternant le bon mais surtout le mauvais. Les précédents sélectionneurs du XV de France, Phillipe Saint-André, Guy Noves et Jacque Brunel n’ont pas su trouver la bonne recette pour installer leur équipe au plus haut niveau du rugby mondial.


L’échec de ces sélectionneurs est incarné par les mauvais résultats lors des Coupes du Monde 2015 et 2019. L’équipe de France s’est inclinée en quart de finale lors des deux compétitions : 63 à 13 contre les All Blacks en 2015 et 20 à 19 contre le Pays de Galles l’an passé. Ces deux désillusions n’ont pas été les seuls car les Bleus n’ont pas brillé non plus sur le plan européen. Depuis 2011, le meilleur résultat du XV de France lors du tournoi des Six Nations a été une troisième place en 2017 et le dernier titre remonte à 2010. Une période de disette historique. Le chantier s’annonçait donc titanesque pour le nouvel arrivant afin de retrouver de la pérennité au plus haut niveau du rugby mondial.



Des changements fondateurs pour de meilleurs résultats


Après le dernier match de l’année 2020, nous tirons un bilan plus que positif pour Fabien Galthié et son staff. Le premier changement majeur constaté est la mise en place d’une équipe « type » tout au long de l’année, mis à part les deux derniers matchs contre la Squadra Azzura et le XV de la Rose. C’était le défaut majeur des anciens sélectionneurs depuis 2011, qui n’arrivaient pas à construire une équipe durable en s’appuyant sur des cadres. Chaque rassemblement de l’équipe de France était synonyme de nouveaux visages, ce qui rendait difficile une bonne cohésion de groupe et la mise en place d'automatismes dans le jeu.


C’est donc à l’image des plus grandes nations du rugby mondiale, comme la Nouvelle-Zélande ou l’Angleterre, que le nouveau sélectionneur a su construire une équipe « type » avec quelques modifications apportées selon les besoins. Le deuxième changement majeur est la confiance accordée à la formation française. Fabien Galthié peut s’appuyer sur une génération dorée qui a gagné consécutivement les deux Coupes du Monde des moins de 20 ans en 2018 et 2019. A l’image de Romain Ntamack, Demba Bamba ou Arthur Vincent, ces jeunes Bleus ont su trouver leur place dans une équipe de France en crise et incarner le renouveau.

L'équipe de France championne du monde U20 en 2019. Photo : Juan Gasparini/AFP

Grâce à ces changements fondamentaux, les Bleus ont retrouvé le sourire sur le plan sportif. Ce n’était plus arrivé depuis 2011, le XV de France a décroché la deuxième place lors du tournois des Six Nations derrière l’Angleterre, malgré le même nombre de points au classement. Cette nouvelle équipe a décroché la deuxième place grâce à des succès fondateurs contre l’Angleterre et l’Irlande au stade de France et contre le pays de Galle au Millennium Stadium. Les résultats de la sélection nationale lors de la Coupe d’Automne des Nations ont également été positifs. Des performances de bon augure en vue des prochaines échéances internationales.


Iker Lagrenade

71 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.