ICJ23791418
 
  • manchonbenjamin

Le rap, un genre qui ne cesse de repousser les frontières

Mis à jour : janv. 17

Avec des teintes se rapprochant de la pop et de la variété de plus en plus prononcées, le genre n’a pas arrêté d’évoluer ces dernières années. Le rap francophone ne se suffit plus de ses frontières, alors il ne cesse d’étendre celles-ci


Alors qu’il y a longtemps, le rap pouvait être considéré comme « réducteur » pour certains artistes. Aujourd’hui, il est très sûrement le genre musical le plus riche et varié qui existe. La scène rap francophone est tellement dense qu’il est parfois compliqué de savoir à partir de quand un morceau n’est plus vraiment rap. Ichon qui incarne cette vague d’artistes hyper-décomplexés, déclare à l’occasion d’une interview pour Mehdi Maizï : « Aujourd’hui il y a tellement un paysage large, de styles de rap… C’est plus péjoratif, avant je le voyais réducteur […] Maintenant en réalité je veux bien en fait ! Appelez-moi rappeur, appelez-moi chanteur, appelez-moi artiste ! ».


Ichon lors de son second passage pour Colors ©Mouv'

Un rap donc de plus en plus décomplexé qui n’accorde plus autant d’importance qu’avant à la « street cred ». Plus besoin de posséder un background pour être légitime à rapper. C’est dans ce contexte que pour la cover de son premier album « FLIP » Lomepal vient à se travestir. Chose qui aurait fait scandale il y a 15 ans. C’est l’émergence de jeunes artistes qui incarne le mieux cette nouvelle vague. Avec des rappeurs se rapprochant toujours plus de la variété par exemple. A l’image du fascinant Swing ou à l’énigmatique Zed Yun Pavarotti qui proposent de la musique très instrumentalisée, sans artifice et une écriture parfois plus légère ressemblant ainsi à des textes de variété. Les versions acoustiques se démocratisent elles aussi dans le milieu, Lomepal ou encore Sopico revisitent leurs propres titres avec une ambiance très intimistes et les fans en redemandent !

Cover de FLIP, de Lomepal réalisé par ©Raegular

Il y en a pour tous les goûts



Un rap est un genre qui contrairement aux dires de ses détracteurs demeure très riche. En vérité il existe pleins de sous genres. On pourrait citer le cloud rap, avec des instrumentales aériennes au rythme assez lent, les deux frères du groupe PNL se sont emparé le genre. La trap portée par des artistes dégageant une réelle énergie comme Niska ou Leto est quant à elle vraiment plus rythmée, violente avec souvent une bonne grosse dose d’égo trip. Le funk-rap avec des sonorités dansantes et festives, à l’image de Heuss, ou Bosh plus récemment. Mais encore le lo-fi avec Doxx ou encore Tsew The Kid comme chefs de file. Un genre qui combine des instrumentales lentes et plutôt mélancolique qui va recréer l’effet d’un vieux vinyle de jazz à une atmosphère très chill. Tout à l’inverse, c’est dernièrement la drill qui a massivement été importée en France. C‘est une alternative encore plus violente à la trap. Avec des artistes comme Freeze Corleone ou Gazo qui ont su s’accaparer le genre, un genre qui petit-à-petit devient mainstream. En effet, ces instrus particulièrement sombres et agressives gagnent toujours plus de terrains vis-à-vis du public rap. Il est impossible de ne pas évoquer la pop urbaine qui se fond totalement dans ce paysage rap, avec comme figure de proue la grande Aya Nakamura qui continue de battre tous les records.



Des crossovers plus insolites que jamais



Les mentalités changent, le rap n’est maintenant plus vu par des artistes extérieurs au milieu comme une « sous culture ». Alors que beaucoup d’artistes urbains ne cachent pas leur affection et respect pour la variété. C’était souvent un amour à sens unique. Mais aujourd’hui les choses changent, le milieu du rap n’effraie plus autant qu’avant et le talent y est de plus en plus reconnu. C’est dans cette optique que le rappeur Vald a même été qualifié de « jeune poète » par Marc Lavoine. Les deux artistes auront l’occasion de se rencontrer sur le plateau de The Voice où le rappeur d’Aulnay-sous-bois a été invité pour la saison 10 du show, une première pour l’émission !

Aujourd’hui les artistes en tout genre n’hésitent pas à se mélanger, ce qui donne des collaborations aussi réussies que surprenantes. Le public a par exemple eu droit à des feats entre Christine and the Queens avec Hamza et Tayc. Le rappeur controversé Alkpote à quant à lui invité le chanteur Philippe Katerine pour son dernier album. Récemment Amel Bent donne le mot à Hatik qui a vu sa popularité exploser en 2020 pour un morceau. Julien Doré s’est lui aussi laissé séduire par cette scène, il a collaboré avec les deux rappeurs belges Caballero & Jeanjass sur son dernier album « aimée ». Par ailleurs le chanteur aux cheveux longs aurait même laissé sous-entendre un possible morceau avec un autre Julien, le rappeur marseillais SCH.

Des collaborations qui ne se font pas que sur le devant de la scène. La chanteuse Louane a fait appel aux rappeurs reconnus pour leur plume des plus raffinés Damso et Dinos qui ont écrit quelques morceaux pour son dernier disque. Mais encore, le beatmaker incontournable du rap francophone Seezy qui est derrière l’instrumentale de « s’en aller » pour M. Pokora. Des connexions toujours plus surprenantes au grand plaisir des auditeurs !


Alkpote et Philippe Katerine lors du clip "Amour"


Juste de la musique après tout



Souvent mis dans des cases, un jeune artiste issu de banlieue qui se lance dans la musique sera immédiatement associé au milieu du rap. Comme par exemple Gambi qui s’est largement fait connaitre aux yeux du grand public en 2019. Le jeune artiste revendique n’appartenir à aucun genre. Il scande alors dans son premier album : « J't'envoie un son pop, ne m'parle pas d'ton rap ». Il fait juste de la musique. Et si le public, les auditeurs arrêtaient de vouloir catégoriser chaque morceau, pourquoi ne pas simplement profiter de ce paysage musical riche et varié sans forcément vouloir mettre une étiquette sur chaque artiste. Une chose est sûre, si l’âge d’or du rap existe, les puristes n’ont pas à s’en faire nous sommes en pleins dedans !


Cover de "La vie est belle", le premier album de Gambi

Benjamin Manchon


95 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout