ICJ23791418
  • iker lagrenade

La Pelote Basque : un sport méconnu du grand public


Méconnu du grand public, la pelote est un sport traditionnel pratiqué depuis des générations. Avec 22 disciplines à son actif et 4 aires de jeu possible, partons à la découverte de ce sport, ancêtre du jeu de paume.


le fronton, aire de jeu principal de la pelote basque ©CHARLES LIMA

Tout au long de l’histoire, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, de nombreuses civilisations ont pratiqué des jeux de balles codifiés différemment selon les cultures. La pelote basque tire ses origines du jeu de paume. Jeu sommaire où deux adversaires s’envoient une balle, soit en face à face, soit en frappant dans un mur. Les basques ont adapté celui-ci à leurs propres coutumes, conservant l’essence du jeu historique en l’adaptant à leur manière pour y apporter de nombreuses modifications et créer de nouvelles et nombreuses spécialités. Face à face ou contre un mur, en intérieur ou en extérieur, à main nue ou en utilisant divers instruments, ce sport se décline de différentes manières. Mais le but reste le même : deux équipes, d’une à trois personnes, s’affrontent en envoyant, à la volé ou après un rebond, la pelote contre un mur ou à l’adversaire en la faisant retomber dans l’air de jeu (kantxa).



Sport très populaire dans le sud-ouest du pays et de l'autre côté des Pyrénées, il reste assez méconnu dans le reste de la France. Tout le monde peut y trouver son bonheur tant les spécialités sont nombreuses : main nue, pasaka, joko garbi, pala… Si la Fédération internationale de pelote basque reconnaît douze spécialités, la Fédération française en reconnaît actuellement vingt-deux. Disputées en intérieur ou en extérieur, ces spécialités vont de la main nue, souvent considérée comme la plus noble car la plus ancienne, à la cesta punta, sans doute le plus spectaculaire, où les joueurs disposent d'un long gant courbé appelé chistera pour réceptionner et renvoyer la pelote. La plus populaire reste pala car plus simple et plus abordable financièrement.


Waltari Agusti lors d'un tournoi à Bayonne. Waltari Agusti lors d'un tournoi à Bayonne. ©AFP/DANIEL VELE

La pelote basque dispose de 4 aires de jeu. En fonction de la spécialité, elle peut se pratiquer sur un fronton (place libre), composé d'un seul mur avec un sol en terre battue ou en dur. Dans un trinquet, surface de jeu complexe de 28,50m de long entourée de quatre murs (le mur de frappe, les murs latéraux et le mur du fond) ; en mur à gauche, qui lui dispose de trois murs et mesure 30 à 36 m de long. Enfin, elle peut se jouer en jaï alaï, qui possède les mêmes caractéristiques que le mur à gauche mais mesure 54 m de long.


En compétition ou entre amis, la pelote est très populaire au pays basque. Rare sont les villages qui ne disposent pas d’un ou plusieurs frontons. On dénombre aujourd’hui en France 310 clubs, 20 600 licenciés et environ 60 000 pratiquants, la plupart se situant dans l’extrême Sud-Ouest de la France. La discipline est également très pratiquée de l’autre cotes des Pyrénées, du côté espagnol du Pays Basques mais aussi dans de nombreux pays ayant connu une forte immigration basque. Ainsi, au palmarès des championnats du monde, on retrouve souvent derrières les français et les espagnoles, des pilotaris (joueur de pelote) mexicains, argentins ou encore uruguayens. Mais ce sport spectaculaire qui tend à ce professionnalisé, reste encore très méconnus du grand publique en France malgré des apparitions à la télévision. En effet, la chaine Canal+ diffuse depuis quelques années des compétitions de cesta punta.


Iker Lagrenade

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.