ICJ23791418
  • Samuel Lerosier

La fin du blocus saoudien sur le Qatar

Lundi 4 janvier, après plus de trois ans et demi de semi-blocus, le Koweït annonce la fin du blocus saoudien sur le Qatar. La mission de médiation initiée par le Koweït et les États-Unis a porté ses fruits. La cohésion est de retour.


Mohammed Ben Salman (à droite) accueille l’émir du Qatar, le cheikh Tamim Al Thani, le 5 janvier, pour le sommet de la CCG en Arabie Saoudite © BANDAR ALGALOUD / VIA REUTERS

Le ministre des affaires étrangères du Koweït, Ahmed Nasser Al Sabah, a annoncé “la réouverture de l’espace aérien ainsi que des frontières terrestres et maritimes entre l’Arabie Saoudite et le Qatar". Les Émirats arabes unis, le Bahreïn et l’Égypte cessent également leur blocus. Ces trois pays avaient rejoint leur voisin arabe lors de l’annonce du semi-blocus en 2017. À l’époque, le Qatar avait refusé de s’aligner sur le positionnement des pays du Golfe, région du Moyen-Orient. Ces pays voulaient que le Qatar s’affirme anti-Iran et anti-Frères musulmans, deux ennemis des pays du Golfe.

Avec ce refus, le Qatar a été mis au ban du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), une organisation favorisant les relations. Les pays de la CCG ont qualifié le pays « d’agent de Téhéran » ou encore de « fauteur de troubles ». Le pays avait perdu ses relations commerciales et politiques avec ses voisins, un coup dur pour Doha. Cette crise inédite a failli dégénérer en affrontements armés, alors que la région était déjà instable, à la suite des tensions entre les États-Unis et l’Iran.



Une nouvelle page


Riyad a déverrouillé ses frontières avec le Qatar, permettant à l’émir du pays, Tamin Al-Thani de se rendre à un sommet du CCG mardi, une première depuis 2017. Le Qatar et l’Arabie Saoudite ont déjà annoncé mettre fin à la guerre médiatique lancée il y a trois ans grâce aux réseaux sociaux et à leurs chaînes de télévision respectives. Doha promet aussi de geler toutes les procédures juridiques lancées contre ses voisins à la Cour Internationale de Justice. En effet, le Qatar voulait les condamner pour avoir bafoué les règles de l’aviation internationale via le blocus.

Lundi soir, le ministre d’État émirati aux affaires étrangères, Anwar Gargash, expliquait « Nous sommes à la veille d’un sommet historique par le biais duquel nous allons rétablir la cohésion dans le Golfe ». Mohammed Ben Salman, le prince héritier d’Arabie Saoudite, a placé ce rassemblement sous le signe de « la réunification et la solidarité ».


Des mesures pour restaurer la confiance entre les différents pays du Golfe devront être prises. Mais nous assistons tous de même au début d’un processus pouvant améliorer la cohésion dans cette région du monde.


Samuel Lerosier


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.