ICJ23791418
  • Océane Guyon

L'Inde haute en couleur

Mis à jour : oct. 12

Ces 9 et 10 mars dernier, l’Inde s’est transformée en une gigantesque palette de couleur. Du Nord au Sud du pays, mais aussi dans toutes les communautés indiennes à travers le monde était célébrée « La Holi » ou plus communément appelée « la fête des couleurs ». Durant les 2 jours qui célèbrent le passage de l’hiver au printemps, le pays est en fête.



La fête des couleurs, un rituel indien ©Sterenn

La célèbre fête indienne trouve ses fondements dans la mythologie hindoue. La légende raconte que le roi Hiranyakaship, très arrogant et imbue de lui-même ne supportait pas que son propre fils Prahlad refusait de le vénérer et le préférer au dieu Vishnu. Le roi fit appel à sa sœur Holika, réputée pour ne pas craindre le feu, pour tenter de se débarrasser de son fils. Alors, il les mit au défi se jeter dans les flammes. Contre toute attente, Prahla triompha valorisant sa vanité pour le dieu Vinshu contrairement à sa tante condamnée pour sa vanité. Le bien triomphe sur le mal, c’est le symbole de la Holi.


La fête des couleurs se transmet depuis des millénaires et détient un rituel sacré inculqué depuis l’enfance. La veille de la fête, un grand feu est allumé dans toutes les villes de l’Inde célébrant la crémation de Holika symbolisant la destruction du mal. Dès le lendemain, le festival de couleurs est lancé. Dans les rues, les rires et la joie sont à l’honneur pour accompagner l’arc en ciel. Des musiques au style Bollywood résonnent au rythme de la ferveur indienne. L’orange pour l’optimisme, bleu pour la vitalité, vert pour l’harmonie, le rouge pour la joie et l’amour, chaque couleur à sa signification et toutes les excuses sont bonnes pour asperger ses proches ou de simples inconnus de ces pigments.

Indiens et touristes se jettent des couleurs ©positive Eating

« Bura Na Mani, Holi Hai ! », (« ne soyez pas fâché, c’est Holi »)


Holi est surtout fédérateur, pendant ces 2 jours les barrières religieuses et sociales tombent dans ce pays encore fortement divisé en castes. Castes inférieures et supérieures se mélangent dans ce déluge de couleurs, quelques choses qu’elles ne font jamais. Mais aussi, hommes et femmes s’aspergent de couleurs en harmonie. C’est une parenthèse de bonheur dans un pays encore très inégalitaire.


A cette occasion, les indiens se rendent souvent dans leur ville natale et prennent le temps de se retrouver en famille autour d’un bon repas, de partager de bons moments ainsi que de s’échanger vœux et cadeaux en oubliant les conflits et l’arrogance.


L’arrivée du printemps et cette frénésie de joie est l’occasion de pardonner, d’oublier les rancœurs et de manifester son amour. Une belle philosophie !


Océane Guyon

52 vues

©2020 par Les Berges De L'Info.