ICJ23791418
  • Lola Inial

Jets d’encre : « Agir pour la presse jeune », plus qu’une mission, une dévotion

Mis à jour : févr. 22


© Association Jets d'encre


Il y a 16 ans maintenant, un groupe de jeunes journalistes créa une association de lutte pour la « presse jeune ». Au nom on ne peut plus éloquent et évocateur, « Jets d’encre » conquiert le cœur de jeunes journalistes entre 11 et 25 ans dans la France entière.


Composée d’une équipe administrative de 16 membres et d’une équipe salariale de 2 membres, tous âgés entre 16 et 25 ans, Jets d’encre organise des évènements journalistiques tout au long de l’année, se déplaçant au gré du vent de villes en villes. Allant de « Kaleido’scoop » à « l’université d’été Press’citron » en passant par le « festival Expresso » mais aussi les « Im’médias », les membres de l’association mènent une lutte ensemble pour faire reconnaître les droits de la presse jeune.

Durant l’édition de « Press’citron 2019 », un tableau émouvant s’est dressé. Les larmes coulant sur les visages de ceux qui ont dû faire leurs adieux. Ceux qui ont laissé leur place et ceux qui ont pris la leur. Léa Haurie-Hontas, ancienne présidente de Jets d’encre a cédé sa place, le 25 août dernier.


Quand avez-vous intégré l’association Jets d’encre ?


Je me suis engagée en tant que bénévole formatrice à la sortie du bac, après avoir quitté le lycée et le journal que je dirigeais avec un ami. Donc j’avais 18 ans. J’ai ensuite animé beaucoup de formations et j’ai été dans l’équipe d’organisation d’Expresso pendant 2 ans.


Quand êtes-vous entré dans l’équipe d’administration de l’association ?


Je me suis engagée en 2016 au conseil d’administration et j’ai aussi fait mon service pour Jets d’encre, en charge de « Kaleido’scoop ». Un an plus tard, j’ai été au bureau de l’association comme trésorière, donc je devais gérer les finances avec la déléguée générale, qui, à l’époque était la seule salariée de Jets d’encre, et ensemble on rédigeait le rapport financier. En 2018 je me suis présentée à la présidence.


Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de vous présenter successivement à ces postes et notamment à celui de présidente ?


Je me suis engagée en tant que trésorière après mon service civique parce que j’avais envie de m’investir d’avantage, d’être au service de la santé financière de l’association, d’aider les bénévoles dans la gestion de leur projet.

En tant que présidente j’ai simplement voulu donner un cap, un leadership pendant une période donnée. Ce n’est pas une question d’égo mais d’équipe, j’étais absolument ravie d’avoir le bureau (trésorière, déléguée à la communication, secrétaire générale) à mes côtés pour porter la représentation et l’activité de Jets d’encre pendant un an.


Lors de Press’citron 2019, était-ce un adieux définitif ?


Oui, mes adieux étaient définitifs au conseil d’administration. J’estime avoir apporté toute l’énergie que j’avais pendant mes 5 ans d’engagement dont 3 à temps plein. Je ne peux pas faire plus. Les jeunes le font mieux que moi.


Lola Inial

©2020 par Les Berges De L'Info.