ICJ23791418
  • Dorian Grangier

Rendez-vous au premier virage pour la saison 2020 de Formule 1 !

Mis à jour : oct. 1

Après trois longs mois de trêve hivernale, la Formule 1 est enfin de retour ! Et l'année 2020, qui marque le 70e anniversaire de la catégorie reine du sport automobile, réserve son lot de surprises et de challenges pour les vingt pilotes du plateau. Tout ce qui est à savoir pour cette nouvelle saison est ici !


Vingt pilotes pour aller chercher le titre suprême du sport automobile © Formula 1

Vingt-deux Grands Prix, vingt pilotes, dix écuries, et un titre mondial, le soixante-et-onzième de l'Histoire, à aller chercher. La saison 2020 s'annonce belle malgré le peu de changement de réglementation technique en vue de la révolution attendue pour 2021. Une saison qui se situera donc dans la continuité de celle de 2019, qui avait vu sans contestation le sixième sacre de Lewis Hamilton et de Mercedes. Cette année, Ferrari et Red Bull auront à cœur de jouer le titre contre les Flèches d'Argent, par l'intermédiaire de leurs jeunes stars, Charles Leclerc et Max Verstappen. Au milieu du peloton, McLaren voudra confirmer la progression impressionnante de la saison dernière, tandis que Renault, Haas et Racing Point voudront rattraper une année 2019 difficile.



Une "nouvelle" écurie, un nouveau pilote et un retour français


Peu de changements du côté des pilotes et des écuries cette saison. En effet, le marché des transferts, relativement calme en 2019, devrait en revanche s'agiter cette année pour 2021, en vue du grand changement de réglementation prévu du côté des monoplaces. Cependant, trois changements sont à noter. Tout d'abord, le retour d'Esteban Ocon dans l'écurie Renault. Un duo franco-français qui peut faire des étincelles cette année, après une saison sans volant pour le jeune Normand. Il prendra donc la place de Nico Hulkenberg, éjecté par l'écurie française et qui se retrouve sans baquet en 2020.


Un seul rookie fera son apparition en Formule 1 cette année : il s'agit de Nicholas Latifi, le canadien de 25 ans, deuxième du championnat de Formule 2 l'an passé, qui fera ses débuts dans l'écurie Williams aux cotés de Georges Russell. Préféré à Robert Kubica et à Nico Hulkenberg, il apportera en plus de son pilotage une manne financière importante pour l'équipe britannique.


Du côté des écuries, le seul changement perceptible sera la nouvelle dénomination de l'écurie italienne Toro Rosso. L'équipe de Pierre Gasly se nommera cette saison AlphaTauri, une marque de vêtements du groupe Red Bull. À noter aussi, les partenariats entre Mercedes et Ineos et entre Alfa Romeo et Orlen, le sponsor du polonais Robert Kubica, nouveau pilote d'essais de la marque italienne.


La grille complète pour cette saison 2020 de Formule 1 © Formula 1


Le Coronavirus affecte le calendrier


Cette année, la grande attraction, ce devait être aussi le calendrier. Pour la première fois de l'Histoire, 22 dates étaient prévues pour cette soixante-dixième année de Formule 1. Malheureusement, en raison de l'épidémie du Coronavirus, qui paralyse la Chine depuis début janvier, le Grand Prix de Chine a été annulé, possiblement reporté à une date ultérieure. D'autres dates sont aussi menacées, une situation que la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile) évaluera au fil du temps. Cependant, deux "nouvelles" venues s'inscrivent pour cette nouvelle édition.


Le retour tout d'abord du circuit historique de Zandvoort, aux Pays-Bas, après un long passage entre 1952 et 1985. Entièrement rénové, le spectacle promet d'être grandiose sur ce circuit "à l'ancienne" : court, très vallonné et avec un dernier virage incliné à 18°, soit deux fois plus qu'à Indianapolis ! Le spectacle sera aussi en dehors du circuit, avec des fans hollandais qui n'attendaient que ce moment depuis l'arrivée du prodige Max Verstappen en F1.


Un tout nouveau circuit fait son apparition dans la longue épopée de la catégorie suprême du sport automobile : Hanoï, au Vietnam. Un tracé urbain moderne, comprenant deux longues lignes droites et avec un troisième secteur sinueux et rapide. Rendez-vous le 5 avril pour faire la connaissance du nouveau circuit asiatique.


Au niveau des autres venues, mis à part le départ du Grand Prix d'Allemagne pour procéder à sa rotation bisannuelle, aucun grand changement n'est à noter. Le Grand Prix de France, dont le tracé pourrait être légèrement modifié pour garantir plus de spectacle, aura lieu au circuit Paul-Ricard au Castellet, du 26 au 28 juin.


Le calendrier de la saison 2020 de Formule 1 © Formula 1 (NB : le Grand Prix de Chine est pour le moment annulé)

Quels enjeux pour cette saison ?


Pour beaucoup, 2020 est plus une saison de transition qu'une saison avec de véritables enjeux. Bien sûr, les top-teams que sont Mercedes, Ferrari et Red Bull iront à la lutte pour le titre, tandis que le reste du peloton, à commencer par McLaren, Renault et Racing Point, voudra chercher la symbolique quatrième place au classement constructeur.


Pour trouver de véritables enjeux, il faut se tourner vers les pilotes plus que les écuries. Chez Mercedes, Lewis Hamilton peut aller titiller les records de Michael Schumacher. Il n'est plus qu'à 7 victoires (84 vs. 91) et un titre mondial (6 vs. 7) d'égaler le Baron Rouge dans l'Histoire du sport. Valterri Bottas, cantonné au rôle de coéquipier modèle du pilote britannique depuis son arrivée chez les Flèches d'Argent en 2017, aura à cœur de lutter pour le titre mondial jusqu'au bout de la saison. Chez Ferrari, le duel sera interne entre Sebastian Vettel et Charles Leclerc, après une fin de saison 2019 qui aura fait des étincelles avec notamment l'incident du Grand Prix du Brésil. Red Bull s'appuiera sur son icône Max Verstappen pour aller embêter Hamilton, tandis qu'Alexander Albon continuera son apprentissage de la voiture et de l'écurie tout au long de l'année en allant chercher, pourquoi pas, quelques podiums en route.


Dans la lutte du "championnat de Formule 1,5", comme l'appellent les fans, plusieurs acteurs vont jouer cette septième place, synonyme du "meilleur des autres". Les pilotes McLaren, Carlos Sainz et Lando Norris, vont essayer de capitaliser leur bonne saison 2019, mais ils auront fort à faire contre Renault et son duo Ricciardo - Ocon, et Racing Point avec l'intenable Sergio Perez. AlphaTauri, pour sa première saison, voudra jouer les troubles fêtes, tout comme l'écurie Haas, avec la volonté de résurrection. Enfin, pour Williams, l'objectif sera de se rapprocher du milieu de la grille en allant chercher quelques qualifications en Q2 et quelques points précieux.


Résumé des essais hivernaux : Mercedes intouchable, Racing Point en force ?


Contrairement à l'année dernière, les écuries n'ont eu que six jours d'essais hivernaux à Barcelone, au circuit de Catalunya, pour préparer cette nouvelle saison. Deux semaines sous un temps quasi-idéal, où seule la séance du jeudi 27 février a été perturbée par la pluie de la veille. Malgré ce temps de roulage très limité, toutes les écuries du plateau ont enchaîné les tours, symbole d'une fiabilité exceptionnelle six ans après l'introduction des moteurs V6 Turbo Hybrides. En témoigne les Flèches d'Argent, qui ont effectué l'équivalent de 13 Grand Prix et demi en l'espace de 48 heures de roulage. Mercedes est donc l'écurie qui a le plus roulé, mais aussi le plus impressionné : au-delà du meilleur temps de ces essais hivernaux, réalisé par Valterri Bottas en 1'15'732, la principale attraction se trouvait dans les entrailles de la voiture allemande. Le système DAS, pour Dual Axis Steering, est la dernière innovation tout droit sorti des bureaux de Brackley. Par une simple poussée du volant vers l'avant ou vers l'arrière, le parallélisme des roues avant change. Cela signifie une vitesse de pointe plus élevée mais aussi une meilleure montée en température des pneumatiques. Déclaré légal par la FIA, le système a provoqué stupeur et admiration de la part du reste du paddock. Sans aucun doute, Mercedes a (déjà) frappé un grand coup...


La nouvelle arrivante, AlphaTauri, a réalisé des essais convaincants © SimRacingSetup

Derrière, c'est un peu plus flou. Red Bull semble confirmer sa bonne saison 2019 pour se placer en tant que concurrent direct de Mercedes, tandis que Ferrari a eu bien plus de mal lors de ces deux semaines d'essais. De nombreux soucis de fiabilité, additionnées aux erreurs de pilotage de Sebastian Vettel notamment, ont soulevé quelques doutes sur la nouvelle née de Maranello.


Pour le milieu du peloton, même si les écarts semblent toujours très serrés, une écurie en particulier tire son épingle du jeu : Racing Point. Avec une voiture développée avec l'aide technique de Mercedes, la RP20 est très identique à la Mercedes W10 championne du monde 2019. Sergio Perez et Lance Stroll ont montré la vélocité et la fiabilité de leur monture tout au long des essais, et Racing Point semble être un concurrent sérieux à la quatrième place. Derrière, McLaren et Renault ont eux aussi montré de belles choses durant ces essais. Le moteur Renault est d'ailleurs le seul n'ayant pas rencontré de soucis de fiabilité, sur la piste en tout cas. Enfin, les quatre dernières écuries ont rencontré diverses fortunes : Williams semble être revenu dans le cœur du peloton avec des temps prometteurs. AlphaTauri et Alfa Romeo, malgré un roulage moins important, semblent être dans le coup, alors que l'écurie Haas est celle qui a le moins convaincu : dernière en terme de kilométrage, les temps au tour, même s'ils ne sont pas représentatifs, ne sont pas au niveau de leurs concurrents directs.


Malgré toutes ces prédictions, toute cette attente, tous ces enjeux, il faudra attendre le dimanche 15 mars à 6h10, heure française, pour voir le réel niveau de chacun. Une chose est sûre, le spectacle se voudra d'être à l'honneur pour le soixante-dixième anniversaire de la Formule 1.


Dorian Grangier

86 vues

©2020 par Les Berges De L'Info.