ICJ23791418
  • Ismaël Ighouess

De la campagne à la ville, la circulation des transports se complique


Bus du réseau Mobivie, ligne A, à l'arrêt Clémenceau. Crédit: Vichy Communauté

À la sortie des grandes métropoles, les transports se réduisent fortement dans le milieu rural. Les campagnes sont soumises à la difficulté de rejoindre les villes provinciales avec une offre peu élargie.

Une gare de TER trop lointaine, des bus qui ne circulent plus au-delà de 18h, les villes comme Brugheas, Serbannes et Busset gardent encore des contraintes qui pèsent sur les déplacements de ses citoyens. Elles ont essayé de se développer avec la création de deux points d’arrêt de bus mis en place par la SNCF. Mais sans un moyen de transport personnel, il est difficile d’exercer ses activités en toute liberté.


La voiture devenue indispensable pour ses sportifs de l’Allier.

Des joueurs de l’équipe sénior de Vichy Communauté Handball ne se rendent jamais à leurs entraînements en transport. Une grande partie de l’effectif ne vit pas à Vichy et circule en voiture jusqu’au gymnase des Ailes. L’entraîneur, Antoine Agues réalise souvent du covoiturage pour son équipe. « Chacun rencontre des problèmes pour aller s’entraîner. J’habite à Brugheas et cela m’arrive parfois, que je reçoive un ou plusieurs appels dans la journée pour récupérer des gens qui habitent eux à Serbannes. » Possédant des créneaux horaires tardifs, très peu de ses joueurs ne peuvent se passer de ce bien, même pour un trajet de très courte durée. L’entraîneur a rajouté : « Il est difficile pour moi de ne pas utiliser ma voiture pour bouger. »


Les moyens de transport moins fréquents se retrouvent au premier plan.

Les vélos, les trottinettes électriques servent à dépanner pour des petites courses à faire. Mais dans l’Allier, ce sont devenus des outils de déplacement très utiles. Le pivot, Martin Guillaume résidant dans la commune de Charmeil, utilise le vélo qu’il a acheté récemment et se rend à l’entraînement en faisant un peu de sport. « Je le prends pour ne pas dépenser trop d’argent sur l’essence. Au total en roulant normalement, je mets trente-cinq minutes. Je fais mon échauffement sur la route (rires). » Pendant les saisons froides, son VTT montre ses limites et se retrouve très vite au placard. « C’est vrai qu’en hiver, je ne l’utilise plus car il fait trop froid. » En décembre 2017, Vichy Communauté avait créé huit lignes de bus couvrant les villes d’Abrest, Bellerive-sur-Allier, Creuzier-le-Vieux, Cusset et Vichy. Autant d’initiatives qui n’ont pas suffi à satisfaire l’ensemble du département. Les communes devront encore agrandir leurs offres de transports pour cette fois-ci, ne pas laisser ces pratiquants et leurs petites villes dans l’oubli.


Ismaël Ighouess


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.