ICJ23791418
  • g21000

Covid-19 : Place à la rééducation… olfactive


Patiente atteinte du Covid-19 travaillant pour retrouver son odorat. Crédit: AFP

Face à la perte de l’odorat, des scientifiques ont mis au point une méthode de rééducation olfactive, qui permet à des patients et à des professionnels du goût de retrouver leurs sens. Zoom sur cette nouvelle technique médicale qui voit le jour en France.


Depuis l’apparition du virus, les médecins ont remarqué que l'hyposmie (perte partielle de l'odorat) et l'anosmie (perte totale) sont des symptômes possibles du virus. Ces mots barbares ont pris tout leur sens avec l’épidémie mais plusieurs études montrent que ces symptômes concernaient déjà environ 10% des Français avant l’épidémie. En dehors des professionnels de l’odorat, ces deux sens sont souvent négligés par rapport à la vue ou l’ouïe, dont les troubles sont plus facilement détectables. Parmi les patients du Covid-19, on estime qu’environ 90% d’entre eux sont sujets à des troubles de l’odorat (la plupart n’en ont pas conscience). Enfin, les scientifiques se sont rendus compte que ces symptômes pouvaient persister dans le temps après la contamination ce qui est, d’une part, assez dérangeant pour le patient et d’autre part, terriblement contraignant pour ceux dont leurs sens constituent leur métier (œnologues, parfumeurs, nez). Pour environ la moitié des patients touchés, ces troubles disparaissent totalement ou en partie, au bout de 15 jours mais pour la moitié restante, il fallait trouver une solution. Ainsi, s’est posée rapidement la question de comment faire retrouver l’odorat à toutes ces personnes dont le sens avait été affecté.


Rééduquer son odorat

Fin octobre, au CHU de Nice a été lancé un essai original regroupant des scientifiques et des parfumeurs pour tenter d’aider ces patients (20 d’entre eux participent à ce test). Ces derniers devront stimuler les terminaisons nerveuses olfactives plusieurs fois par jour en sentant simplement différentes odeurs. L’objectif est de vérifier l’efficacité de la « rééducation olfactive », voir si elle permet une régénération de l’odorat, mais aussi d’évaluer les conséquences de la perte olfactive sur la qualité de vie et sur l’état psychique du patient. De ce fait, les scientifiques seront accompagnés de psychiatres et psychologues pour mener cet essai. En effet, cette technique ressemble à celle utilisée par les psychologues pour stimuler l’appétit de leurs patients atteints d’anorexie. Comme de vrais sportifs, les vingt sujets devront s’entraîner plusieurs fois par jour pour espérer retrouver leur odorat d’origine.


Un kit pour les étudiants touchés

Une technique similaire a été mise en place à l’Institut de la Science de la Vigne et du Vin à Bordeaux, pour aider les étudiants en œnologie victimes de perte olfactive. L’institut leur distribue à chacun un « kit de rééducation », comprenant des huiles essentielles de fleurs, de fruits, d’épices et d’herbes aromatiques, ainsi que des stylos olfactifs. Les exercices à réaliser, aussi ici plusieurs fois par jour, sont indiqués dans un livret fourni avec. Un des exercices, par exemple, consiste à imaginer l’odeur sans la sentir, exercice qui révèle une activité similaire dans le cortex olfactif que lorsque l’odeur est présente. Disponible sur leur site, l’institut espère pouvoir rendre ce protocole réalisable par toutes les personnes touchées par la perte de l’odorat. Ayant débuté en décembre, les premières conclusions de cette méthode sont attendues trois mois après, en mars.


Gaël Bossu

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.