ICJ23791418 Jacques Chirac : récit d'une carrière inégalée
  • MARTIN BURON-BROHAND

Jacques Chirac : récit d'une carrière inégalée

Mis à jour : 12 nov. 2019


Jacques Chirac lors d'une conférence de presse après une rencontre avec George W. Bush aux USA en 2001. © AFP / RON SACHS / DPA PICTURE-ALLIANCE

L'ancien président de la République Jacques Chirac s'est éteint le 26 septembre 2019 à l'âge de 86 ans. Plusieurs fois député, ministre ou encore chef de l'Etat pendant près de douze ans, il a marqué la vie française. Retour sur une carrière entièrement dédiée à la politique.


Une jeunesse orientée


Jacques Chirac est né le 29 novembre 1932. Il est élevé par sa mère, en tant qu'enfant unique après le décès de sa sœur Jacqueline à l'âge de deux ans. Il étudie en province avant de terminer ses années lycée sur Paris où il décroche un baccalauréat mention "assez-bien". En 1951, il fait son entrée à l'IEP (L'Institut d'Études Politiques), c'est dans ce même lieu qu'il rencontre celle qui sera son plus fidèle soutien : Bernadette Chodron de Courcel qui deviendra Bernadette Chirac. En 1958, il donne naissance à sa fille Laurence, puis à Claude en 1962, alors qu'il se trouve en Algérie en tant que militaire. Il y restera jusqu'en 1967.


Ses débuts


La fin des années 70 marque la véritable entrée en politique de Jacques Chirac. Il fait ses débuts en tant que député de la Corrèze, qu'il occupera à cinq reprises avec des interruptions jusqu'en 1995. En 1967, il accède à des responsabilités plus importantes avec le poste de Secrétaire d'État à l'Emploi, où il est le plus jeune membre du gouvernement, puis succédera à Robert Blouin au siège de Secrétaire d'État à l'Économie et aux Finances un an plus tard. Celui qui est surnommé le "Bulldozer" par Pompidou fait son entrée en tant que Ministre chargé des relations avec le Parlement en 1971, puis Ministre de l'Agriculture.


Entrée à Matignon


Lors des élections de 1974, Jacques Chirac est nommé Premier Ministre sous Valéry Giscard d'Estaing. Malgré de graves tensions avec son camp politique, Jacques Chirac instaure une façon de gouverner à Matignon. Il soutient les réformes du président mais n'en reste pas moins frileux, comme la reforme du service public audiovisuel Français décomposé en sept entités différentes. Il se retrouve aussi seul contre tous, nombre de gaullistes lui reprochent d'être trop proche du gouvernement et de jouer faux-jeux avec sa famille politique, ce qu'il réfutera à de nombreuses reprises. Le 11 janvier 1976, après un remaniement ministériel imposé par le Président et contre son avis, et ce après plusieurs mois de réflexion, il décide de démissionner de ses responsabilités en juin de cette même année.


La course à la Mairie de Paris


Après une campagne agressive et importante, Jacques Chirac accède la Mairie de Paris en 1977, le poste étant inoccupé depuis 105 ans. Malgré une faible capacité à s'imposer, il réussit à se maintenir à la tête de la capitale et est réélu à deux reprises. Ce poste est très important puisqu'il a une forte visibilité publique et médiatique. Il s'agit d'un exercice très risqué, puisque il est à double tranchant, soit le Maire bénéficie d'une bonne notoriété et un nom, soit il passe aux "oubliettes".


Une fin au sommet


Après son élection ratée en 1981, Jacques Chirac est élu Président de la République en mai 1995, à l'issue d'un second tour face à Lionel Jospin. Après trois cohabitations qui l'ont plus d'une fois affaibli, il propose une réforme du mandat présidentiel. Plusieurs événements pendant son premier mandat sont non-négligeables comme les attentats du 11 septembre 2001, ou encore sa décision de spécialiser les armées et donc de supprimer le service national universel. On lui doit aussi, la réforme de la Constitution de réduire le mandat présidentiel de sept à cinq ans afin d'éviter les cohabitations (lui en ayant déjà vécu trois), et en passant les élections législatives après les élections présidentielles. Après sept ans de mandat, il est réélu en 2002, lors d'un duel inattendu contre Jean-Marie Le Pen où c'est la première fois que l'extrême droite se retrouve au deuxième tour d'une élection présidentielle française. Après un deuxième mandat plein de rebondissements et un accident vasculaire cérébral, il annonce qu'il ne sera pas candidat à sa succession en 2007 et laisse donc la place à Nicolas Sarkozy.


Une retraite discrète


Lors de sa retraite politique, Jacques Chirac reste assez en retrait et se montre peu sur la scène publique. Après de nouveaux problèmes de santé et le décès de sa fille Laurence en raison d'anorexie maladive en 2016, il ne fait plus d'apparition : sa dernière sortie publique date de décembre dernier pour l'anniversaire de sa fondation.


Jacques Chirac a rendu son dernier souffle le 26 septembre dernier dans la nuit. Nul doute qu'il aura marqué la vie politique française.


Martin Buron-Brohand

©2019 par Les Berges De L'Info. Créé avec Wix.com