ICJ23791418 Cette publicité serait-elle mensongère ?
  • Arthur DEP

Cette publicité serait-elle mensongère ?

Mis à jour : févr. 28

Diffusée depuis décembre dernier, la nouvelle publicité Peugeot pour sa gamme de voitures hybrides rechargeables affirme que l’homme qui vivra 200 ans est déjà né. Vérification de cette information a priori invraisemblable.



Impossible de la louper.

C’est une publicité pour une gamme de voiture qui semble à première vue, tout à fait habituelle : une musique épique, une voix-off bien grave, des courbes de carrosserie joliment éclairées, un plan du tableau de bord, et bien-sûr ; un mec super beau gosse trop fier d’être au volant de sa super voiture.


Bref, la dernière pub Peugeot pour leur nouvelle gamme de voitures hybrides rechargeables n’a rien d’exceptionnelle. Pourtant, c’est une publicité qui marque. Non pas par son scénario futuriste assez réussi, mais plutôt grâce au texte lu par le comédien voix-off.


La réclame commence avec un travelling avant, le long du flanc droit de la voiture, donnant sur un coucher de soleil derrière des montagnes. Cette séquence est accompagnée par une phrase de la voix-off. Une phrase affirmative, tout à fait perturbante :

« Les scientifiques nous disent que l’homme qui vivra 200 ans est déjà né. »

À partir de ce moment-là, rideaux. Plus rien ne peut plus nous intéresser que cette courte publicité de 30 secondes. Des milliers de questions traversent notre esprit : "Sérieux ? Mais qui est-ce ? Ça pourrait être moi ? Pourquoi on ne me l’a pas dit avant ? Et puis d’abord, comment est-ce possible ? Qui sont ces scientifiques ?"

Tout ce remue-méninge créé par une simple publicité de voiture oblige à chercher la vérification de cette information.


Une espérance de vie actuelle loin des 200 ans


Actuellement, selon la dernière étude menée en juin 2019 par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) : « L’espérance de vie à la naissance est de 85,3 ans pour les femmes et de 79,5 ans pour les hommes ». Depuis l’après-guerre et les données de 1947, elle a augmenté de 19 ans pour les femmes et 18 ans pour les hommes.

En 73 ans, cela fait une nette progression, cependant « depuis quelques années, l’espérance de vie croît à un rythme moins élevé ». Par exemple, celle des femmes à la naissance n’a cru que de 0,08 année par an entre 2012 et 2017, alors qu’elle augmentait de 0,31 année par an en moyenne entre 1947 et 1997.


Malgré la grande progression au cours des 8 dernières décennies, avec la baisse d’intensité remarquée en 2012, comment imaginer qu’un enfant déjà né aujourd’hui puisse vivre 200 ans ?


Le Transhumanisme comme explication


©LA CROIX & ZAPP2PHOTO

La réponse positive à cette question, s’expliquerait par l’augmentation dans le futur du transhumanisme. C’est-à-dire de l’utilisation des découvertes scientifiques et techniques pour améliorer les performances physiques de l’être humain. La théorie voudrait que la technologie remplace les organes détériorés et que l’intelligence artificielle augmente les capacités intellectuelles grâce, par exemple, à des implants intracrâniens qui créeraient des impulsions permettant de redémarrer certains circuits neuronaux défectueux. Alors, d’amélioration en amélioration au cours du temps, une personne qui née en 2020 pourrait vivre jusqu’en 2220.


Il est vrai que certaines pratiques transhumanistes existent déjà comme l’implantation du premier cœur artificiel autonome, le 18 décembre 2013, sous la direction du professeur Carpentier à l’hôpital Européen Georges Pompidou de Paris. Depuis cette première réussite mondiale, plusieurs autres cœurs artificiels ont été implantés dans le monde. Mais de là à affirmer que quelqu’un déjà né aujourd’hui pourrait vivre 200 ans relève uniquement de la supputation.


Non pas « Les », mais « Un » scientifique


Il n’empêche que la phrase de cette publicité est en partie vrai. En effet, quelques scientifiques nous disent que l’homme qui vivra 200 ans est déjà né. Le terme "quelques" est même plutôt mélioratif… Pour être exact, la voix-off devrait dire « Un scientifique nous dit que l’homme qui vivra 200 ans est déjà né. »


Cet homme, il s’appelle Laurent Alexandre. Il est docteur en médecine de l’université Paris VI, chirurgien-urologue, énarque, ancien magistrat administratif et co-fondateur du site Doctissimo. Plus particulièrement reconnu pour son militantisme politique et ses essais sur le recul de la mort grâce aux nanotechnologies, biotechnologies, l’informatique et les sciences cognitives (NBIC), il est le référent de tous les journaux sur la question. France Info, France 2, France 5, Public Sénat ou encore le site de Capital ; lorsqu’on cherche des articles sur la possibilité de reculer la mort, on ne trouve que des interviews de Laurent Alexandre.


Des affirmations à base de « peut-être »


Ainsi le 20 janvier 2013, il explique dans un reportage de France télévisions : « Les enfants qui naissent aujourd’hui, ils auront 100 ans au début du XXIIe siècle. Peut-être disposeront-ils, à cette époque, d’une espérance de vie très longue, peut-être déjà, 150 ans, 200 ans, voir plus... »


L’année d’après, ses phrases à coup d’adverbe de doute laissent place à une affirmation bien plus retentissante. Le 30 juillet 2014, il affirme à notre confrère Gilles Tanguy du magazine Capital : « Le premier homme qui vivra mille ans est déjà né », le mensuel fera de cette citation choque le titre de son article.


Autre exemple encore d’une de ses interventions saugrenues, dans l’émission C à dire ?! en direct sur France 5, le 17 octobre 2017. Quand le journaliste Axel de Tarlé lui demande si l’intelligence artificielle pourrait être un danger pour l’humanité, il explique que ça ne le sera pas, si on arrête les formations techniques inutiles, il cite « camionneur et comptable », et que l’on développe l’esprit critique. Docteur Alexandre donne alors un conseil fabuleux et facilement réalisable aux parents : « Faite lire 3 livres par semaine à vos enfants, c’est la meilleure protection contre l’intelligence artificielle. »


Un scientifique décrié par ses confrères



La page Wikipédia de Laurent Alexandre permet de bien cerner le personnage. Il n’a sûrement pas dû se l’écrire lui-même, puisqu’il est inscrit que ce docteur susciterait « des accusations d'eugénisme et de falsifications au sein de la communauté scientifique » et serait « parfois accusé d’être un adepte » du transhumanisme. À ce sujet, il possèderait « des actions dans une quinzaine de sociétés en Europe, essentiellement dans les technologies NBIC ».


La publicité Peugeot n’est donc pas mensongère sur le fond, − un peu plus sur la forme −. Effectivement, il existe des − ou plutôt un − scientifiques affirmant que l’homme qui vivra 200 ans est déjà né. Cependant, la fiabilité de l’affirmation, qui n’est autre qu’un enchainement d’hypothèses, reste discutable quand on en connait la source.


Arthur DEP

©2019 par Les Berges De L'Info. Créé avec Wix.com