ICJ23791418
  • Basile Puaud

Borderlands 3, le renouveau de la licence ?

Mis à jour : 10 oct. 2019



Rappelez-vous, c’était en 2009… À une époque où les FPS (First Person Shooter) tels que “Call of Duty”, “Unreal Tournament” et autres “Far Cry” inondaient le marché. C’est à cette époque que le studio Gearbox Software prend le pari risqué de sortir un énième FPS coopératif centré sur le loot, un style qui a fait ses preuves mais qui commençait déjà à en lasser certains. Et là, c’est la surprise ! “Borderlands” s’écoule à une vitesse record, environ deux millions d’exemplaires vendus en quelques semaines.


Le jeu rafraîchit le genre par bien des aspects. Son style graphique inspiré de l’univers des comics est avant-gardiste et fonctionne très bien, ses personnages hauts en couleurs inscrits dans un univers soigné rendent l’histoire attractive, son gameplay, même s’il n’est pas parfait ou spécialement innovant, “fait totalement le café”, le multijoueur est agréable et sa durée de vie est très correct. Et malgré une certaine répétitivité, des graphismes qui ont mal vieillis et une IA (Intelligence Artificielle) un peu douteuse, le jeu est très bon pour l’époque et fidélise une communauté.


Après un premier opus aussi rafraîchissant et l’annonce d’un deuxième jeu, Gearbox Software était attendu au tournant, et une chose est sûre, les fans n’ont pas été déçus. C’était le même en mieux. La communauté qu’avait fidélisé “Borderlands” avait été écouté pour la conception de son petit frère.

Le scénario était bien plus soigné, l’histoire était prenante, les graphismes revues à la hausse et la répétitivité bien moins visible grâce à beaucoup de DLC de qualité. “Borderlands 2” avait mis tout le monde d’accord.


Cependant, deux ans plus tard le studio amorcera une baisse de confiance de ses fans avec “Borderlands the Pre-Sequel”. Ce jeu, dont l’histoire se situe entre celle des deux précédents opus, n’est clairement pas à la hauteur. Même s’il apporte son petit lot de nouveautés, comme des combats à pesanteur lunaire, le scénario et l’histoire n’avaient pas le niveau de “Borderlands 2” et la répétitivité était de retour. Ce jeu a marqué le début d’une longue pause qui, malgré la sortie d’une série de jeux Tell Tales (jeux très narratif ne se jouant qu’à la souris), “Tales from the Borderlands” entre 2014 et 2015, il ne s’est globalement rien passé et les fans commençaient à désespérer.


Mais, sept ans après le dernier volet, sorti de nulle part, comme un kebab ouvert à 4h du matin, “Borderlands 3” est annoncé en mars 2019. Il est sorti ce 13 septembre et, après y avoir joué pendant deux heures et avoir regardé toutes sortes de tests, je suis là pour vous en parler.


La première chose que l’on espérait retrouver dans ce “Borderlands 3” c’est ce style graphique qui a grandement participé à l’identité de la série. Force est de constater que le style n’a pas changé et profite d’une mise à jour à la sauce Next-Gen. C’est très propre, les environnements sont riches et détaillés, les lumières très bien exploitées et l’animation est très fluide.


Comme pour le côté visuel, le côté sonore est très soigné. Le jeu consolide ses acquis et nous propose une très bonne expérience auditive. Les bruitages et l’ambiance sonore sont cohérents et s’intègrent parfaitement à l’univers. Les doublages sont bons et, en tendant un peu l’oreille, on peut reconnaître certaines voix du casting des anciens jeux.

Du côté de l’histoire, la licence renoue avec son humour décalé et très actuel. En effet, les grands méchants de l’histoire (que l’on connaissait avant la sortie du jeu, aucun spoil ne vous sera infligé) sont des influenceurs du futur avec de sérieux problèmes mentaux. Les dialogues sont toujours aussi barrés, en soit témoin l’une des punchlines des antagonistes principaux : « Likez, abonnez vous, et obéissez ! »


Mais, la plus grande force de ce troisième opus, c’est son gameplay. En effet, le jeu offre par son système de personnalisation et de loot d’armes un bac à sable aux possibilités énormes. Gearbox Software a annoncé lors de la campagne du jeu plus d’un milliard d’armes différentes ! Et le pire, c’est que c’est probablement vrai. Durant ma session de jeu, je n’ai cessé d’être surpris par des armes toutes plus loufoques les unes que les autres. En deux heures de jeu, je suis passé d’armes élémentaires, à un lance-burger en passant par un fusil d’assaut qui, une fois à court de balles, se jette par terre et se met à courir après les ennemis en leur tirant dessus. C’est tout bonnement jouissif de disposer d’une telle diversité dans un FPS.


Du côté des ennemis, ils sont très variés. En un temps de jeu plutôt court, j’ai pu croiser tous types d’adversaires. De plus, certains adversaires sont plus ou moins sensibles à certains types d’armes, ce qui pousse le joueur à être toujours plus versatile grâce à toutes les armes disponibles. Les boss sont originaux et les combattre n’a rien d’une corvée.


Comme dans tout les Borderlands, quatre différents personnages à incarner nous sont proposés. La personnalisation de leurs capacités et leur styles de jeu n’ont rien à voir selon les personnages et augmentent encore la diversité du gameplay.


Une autre liberté que nous offre “Borderlands 3”, c’est qu’une grande partie des décors est exploitable. Que ce soit des pièges pour les ennemis, des zones destructibles ou des supports d’escalade, tout est là pour fluidifier et dynamiser le gameplay.


Et pour être sûr de faire chauffer votre carte bleu, le jeu nous donne un vaisseau spatial, rien que ça ! Grâce à cet engin, la planète sur laquelle commence le jeu n’est plus une limite et la durée de vie du jeu ne peut que mieux s’en porter. À voir si les planètes diffèrent vraiment les unes des autres.


En conclusion, “Borderlands 3” à renoué avec ce qui a fait le succès de la licence. Les fans ont été écouté et malgré tout, en y jouant, n’importe quelle néophyte pourra découvrir un jeu qui risque de lui plaire et de l’occuper pour un bon moment. Donc si vous aimez les FPS basés sur le loot à l’univers et au gameplay déjanté ou, si vous êtes déjà fan de la série, je ne peux que vous conseiller “Borderlands 3”.

Petit conseil de la rédaction : achetez le jeu seul ! La version collector ne vaut clairement pas le coup. Ou alors allez le constater vous même sur YouTube.



Basile Puaud

52 vues

©2020 par Les Berges De L'Info.