ICJ23791418
  • Kelman Marti

Alaphilippe : un début en demi-teinte


Avec cinq courses disputées depuis début février, Julian Alaphilippe impressionne de par son état de forme. Toutefois, ses résultats ne reflètent pas ses attentes et son ambition. Les raisons de ces échecs sont multiples et expliquent cette once de frustration que ressent actuellement le champion du monde.


Alaphilippe levant les bras sur la 2e étape du Tirenno-Adriatico ©Tirreno-Adriatico

2021 ne doit pas entretenir la « malédiction du maillot arc-en-ciel ». Ce proverbe du monde du cyclisme veut que le champion du monde rate souvent la saison suivant son sacre. Et cela, c’est confirmé dès la fin de saison dernière avec sa défaite sur Liège-Baston-Liège et avec sa chute sur le Tour des Flandres. Pour ce début de saison, ce dicton ne peut pas être affirmé… pour le moment.


Un début encourageant au Tour de la Provence

L’année se lance de la meilleure des manières pour Julian Alaphilippe. Sur sa course de rentrée, le Tour de la Provence, il se classe second au classement général grâce à un superbe résultat sur la 3e étape. Véritable puncheur et grimpeur aux occasions, le Français accompagne les tout meilleurs sur la mythique montée du Mont Ventoux. Terminant 3e juste derrière Sosa et Bernal, Alaphilippe devance des grands noms comme Poels ou Vlasov après une ascension prodigieuse. De quoi espérer de beaux résultats à l’avenir !


Une campagne italienne prometteuse mais peu victorieuse

Près d’un mois plus tard et une anonyme 57e place sur l’Omloop Het Nieuwsblad, le champion du monde désir récupérer la couronne sur les Strade Bianche. Vainqueur en 2019, les routes blanches plaisent au coureur de la Deceuninck-Quick Step. Mais cette année le plateau est fourni et la course s’annonce disputée. Et cela se confirme une fois arrivée dans le mur menant au Piazza del Campo de Sienne. Le Français se fait déposer par le Hollandais Mathieu Van der Poel et passe pour un amateur, alors qu’il fait partie du gratin du cyclisme mondial. Deuxième, c’est un excellent résultat mais pas pour Alaphilippe. Seule la plus haute marche du podium compte.


Alaphilippe (à gauche) sur la deuxième marche du podium à côté du vainqueur des Strade Bianche ©football24.news

Toujours dans une grande forme, le Saint-Amandois décide de s’aligner sur le Tirreno-Adriatico en espérant que l’Italie lui sourit enfin. Et il ne faudra attendre que la deuxième étape pour le voir lever les bras après un sprint tout en puissance. Le soulagement, le bonheur et surtout la victoire efface les premiers doutes tout pile un mois après son premier jour de course. Le reste de sa semaine en Adriatique sera en revanche plus décevante.


Néanmoins, une course, une seule, peut faire basculer sa saison du tout au tout : Milan-San Remo. Sur les bords de Méditerranée, le Français se doit d'être le plus fort et le plus frais physiquement s’il veut gagner. Mais arrivé dans le Poggio (l’ultime montée), Julian Alaphilippe ne parvient pas à faire sauter ses adversaires de sa roue contrairement à 2019 et 2020. La victoire lui file une nouvelle fois entre les mains au profit du surprenant Jasper Stuyven.


Alaphilippe n'arrivant pas à distancer ses adversaires dans le Poggio ©lesoir.be

Il y a du bon et du moins bon, une victoire et des défaites, et des doutes prennent le dessus sur une excellente forme. Performant dès son début de saison, il n’arrive en revanche pas à confirmer son statut de favori sur les courses. Peut-être atteindra-t-il la plus haute marche du podium à l’avenir ? Qui sait…


Kelman MARTI


32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Les Berges De L'Info.